outre-mer
territoire

Manuel Valls confirme l'extension de la ZSP de Pointe-à-Pitre

politique
Manuel Valls
Manuel Valls n'est pas opposé à l'instauration d'un couvre-feu pour les mineurs en Guadeloupe ©MARTIN BUREAU / AFP
Le ministre de l'Intérieur a annoncé ce matin la création de 16 nouvelles zones de sécurité prioritaire. Quatre zones déjà existantes seront étendues, dont celle de Pointe-à-Pitre.
Les zones de sécurité prioritaires c'est une des réponses avancées par le ministre de l'Intérieur pour lutter contre l'insécurité. Au total, 64 ZSP ont été créées depuis le mois d'août 2012.
 
Manuel Valls et la garde des Sceaux Christiane Taubira viennent d'annoncer le déploiement d'une troisième vague et le classement de 16 nouveaux territoires en ZSP.  Quatre autres zones seront étendues, dont celles de Pointe-à-Pitre – les Abymes qui s'étend désormais jusqu'à Baie-Mahault.

C'est notamment dans cette ZSP que s'est rendu le ministre de l'Intérieur lors de son séjour en Guadeloupe. En octobre, le département connaissait déjà le plus fort taux d'homicides en France, avec 38 meurtres depuis le mois de janvier 2013. Un chiffre monté à 42 depuis.
 

Les ZSP, à quoi ça sert?

Les zones de sécurité prioritaires avaient été annoncées par François Hollande lors de sa campagne pour l'élection présidentielle. Les territoires qui souffrent d'un déséquilibre socio économique et d'un fort taux de délinquance sont les premiers concernés. Les premières ont été créées à l'été 2012, la deuxième vague, qui a vu la création des ZSP de Kourou en Guyane, Fort-de-France en Martinique et Pointe-à-Pitre en Guadeloupe  a vu le jour en novembre de cette même année.
 
Concrètement, dans ces zones, les forces de l'ordre, les services de la préfecture et du procureur travaillent en collaboration et définissent des objectifs. De plus, les associations, les  collectivités et  les écoles sont amenées à mettre en place des actions de prévention de la délinquance.

Les premiers résultats de ce dispositif semblent mitigés. Si une adaptation sur mesure à chaque quartier, au lieu d'un plan global,  est apprécié; selon le syndicat de police Alliance, les problèmes demeurent mais sont reportés un peu plus loin, dans les quartiers voisins.
 
 
Publicité