outre-mer
territoire

"Un dangereux jeu de dupes opposant Noirs contre Juifs"

société
Jacky Dahomay
Jacky Dahomay, invité du 130ème numéro de 7 Actu le 16 décembre 2012 ©Guadeloupe 1ère
Entre un Etat qui refuse de reconnaître pleinement  son passé colonial et la tentation d'un populisme d'un nouveau genre... Le philosophe guadeloupéen Jacky Dahomay, l'historien, Pap Ndiaye et la socio-anthropologue Nicole Lapierre s'interrogent sur la popularité de Dieudonné.
C'est devenu une "affaire Dieudonné" et elle semble s'enliser. Pas un jour sans que le pro et les anti ne s'affrontent par médias interposés.
Ce lundi 20 janvier, deux nouvelles tribunes ont été publiées sur le site de Médiapart sur la question. Leurs auteurs:  Jacky Dahomay pour l'une, Nicole Lapierre et Pap Ndiaye pour la seconde.
Jacky Dahomay est philosophe, professeur au lycée de Baimbridge en Guadeloupe. Nicole Lapierre et socio anthropologue, quant à Pap Ndiaye, il est historien, spécialiste des Etats-Unis.
 

"Esclave domestique de l'extrême-droite"


"Maintenant ça suffit"! Les mots sont ceux de Jacky Dahomay, qui en tant que "nègre des Antilles",  refuse que Dieudonné se pose en "représentant des nègres marrons". "C'est vraiment insulter la mémoire de nos aïeux", s'offusque le Guadeloupéen. Car pour l'auteur, c'est bien le rapprochement de Dieudonné avec l'extrême-droite, qui est en question.

Entre les accusations de pornographie mémorielle au sujet de la Shoah, et son rapprochement avec Jean-Marie Le Pen, condamné pour propos racistes -  alors même que Dieudonné est métis-  la coupe est pleine.  "Les rois et les puissants ont toujours eu leurs bouffons, écrit le philosophe (…) Dieudonné s'apparente à un esclave domestique de sa famille politique qui est l'extrême-droite", ajoute-t-il.
 
Pour autant le constat est indéniable. L'humour corrosif de Dieudonné a toujours fait mouche. Il est, de l'avis de nombreux humoriste eux-mêmes, le meilleur en France. Que sa popularité soit en croissance n'est donc pas une surprise. D'autant plus qu'il a,  grâce à l'action de Manuel Valls bénéficié d'une exposition médiatique sans précédent. Mais là ou les auteurs des tribunes s'inquiètent, c'est sur le message politique de Dieudonné.
 

Un dangereux jeu de dupes opposant Noirs contre Juifs

Pour Pap Ndiaye et Nicole Lapierre, qui cherchent à analyser sa popularité, son "antisémitisme ne fait aucun doute".
Et sa popularité mérite d'être analysée. "La Shoah est devenu l'étalon du mal absolu, l'aune à laquelle les drames collectifs doivent être mesurés pour être reconnus", admettent-ils, avant de rappeler, entre Martin Luther King et lutte contre l'apartheid en Afrique du Sud, les multiples occasions dans l'histoire ou Noirs et Juifs se sont alliés contre l'oppression.
"Nous refusons ce dangereux jeux de dupes opposants Noirs contre Juifs, ou chrétiens contre musulmans". "Il est urgent que chacun s'enrichisse du passé des autres, sans être pour autant dépossédé du sien".
 

 Populisme métis

"Le problème est que les propos de Dieudonné trouvent une sympathie chez certains noirs des Antilles", analyse de son coté Jacky Dahomay. Pour le philosophe, ce succès est lié à la fois à l'absence de reconnaissance de l'Etat sur des drames ayant touché les populations noires,  à la morosité économique et à la multiplicité des revendications.
"Le FN, parti d'extrême droite qui était celui de Jean-Marie Le Pen ne pouvait fédérer toutes sortes de mécontents, les Noirs et les Arabes étant exclus. (…) Dieudonné est celui qui intègre des couches de la population plus diversifiée, notamment Noirs et Arabes, dans le processus populiste."
 
"Dieudonné est la transition d'un populisme français qui cherche un leader en qui s'incarner. Un populisme métis en quelque sorte", poursuit-il.

A lire sur Médiapart

Juifs et Noirs: raviver les solidarités  par Nicole Lapierre et Pap Ndiaye

Dieudonné, les nègres et le populisme métis, par Jacky Dahomay

 
Publicité