George Pau-Langevin nommée ministre des Outre-mer : trois questions à Patrick Karam

gouvernement
Patrick Karam
©OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP
Patrick Karam, le président du Conseil représentatif des Français d'Outre-mer (CREFOM) regrette déjà Victorin Lurel, l'ancien ministre des Outre-mer. Il estime qu'il est difficile de succéder à un "géant" et que la nouvelle ministre guadeloupéenne, n'est pas prête.
La1ere.fr : Que pensez-vous de la nomination de George Pau Langevin, ministre des Outre-mer ? 
Je pense que ça va être très dur pour George Pau-Langevin de succéder à quelqu'un comme Victorin Lurel. Je l'ai croisé, je l'ai affronté en débat. Je me demande si elle arrivera à glisser ses escarpins dans les bottes de Lurel. Je suis pourtant conseiller à l'UMP mais je dois reconnaître que Victorin Lurel a été un ministre très populaire. Il connaissait ses dossiers, il savait apaiser les crises. Il a obtenu l'augmentation du budget des Outre-mer pendant deux années consécutives. Il a sauvé la défiscalisation et enfin, il a lutté contre le lobby pétrolier. Je savais depuis six mois qu'il comptait partir. Il vivait loin de sa famille, la solitude lui pesait et il avait aussi la volonté de préparer les régionales. Dans la Ve République, je ne vois pas d'autres ministres des Outre-mer qui a su, en si peu de temps, bousculer les conservatismes.

La1ere.fr : George Pau-Langevin est la troisième Ministre successive des Outre-mer originaire de la Guadeloupe. Qu'en pense le CREFOM que vous présidez ?
D'autres hommes politiques auraient pu prétendre à ce poste. Je pense par exemple à Georges Patient (sénateur de la Guyane). Il aurait pu être opérationnel tout de suite. Il y a aussi Chantal Berthelot (députée de la Guyane), Ericka Bareigts (députée de La Réunion) ou encore Jean-Claude Fruteau (député de La Réunion). L'Outre-mer,  c'est un volcan, il faut agir très vite. George Pau-Langevin devra faire preuve de rapidité. Elle n'a pas l'expérience d'un Georges Patient. C'est vrai que j'entends dire : encore une Guadeloupéenne ! Mais il faut lui laisser sa chance.

La1ere.fr : Comment va agir le CREFOM avec ce nouveau ministre ? 
Victorin Lurel a été la cheville ouvrière de la création du CREFOM. C'était un ministre très actif. Nous allons donc aujourd'hui avoir un boulevard politique pour exister. Encore une fois, j'aurais préféré que Lurel reste, mais son départ va donner au CREFOM une marge politique pour agir. Enfin notre intérêt à tous, c'est que George Pau-Langevin réussisse dans sa mission, même si c'est compliqué et même si elle n'est pas formée pour ça. Au CREFOM, nous serons bienveillants mais vigilants.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live