Les cinq leçons des élections européennes dans les Outre-mer

politique
abstention aux européennes
©FTV
Gros plan sur les résultats et les grandes leçons dans la circonscription Outre-mer : très forte abstention, recul du parti socialiste, montée de l'UMP. Quant au Front National, il est en progression, même s'il est loin d'être le premier parti dans les Outre-mer. 

1 - L'abstention : la grande gagnante

Au niveau de l'ensemble de la circonscription Outre-mer, l'abstention est très forte : 83 % (contre 77% en 2009). Dans le détail, la palme de l'abstention revient à la Guadeloupe avec seulement 9,3% des électeurs qui ont voté. C'est à Wallis et Futuna que la mobilisation a été la plus forte avec près d'un électeur sur deux qui s'est rendu aux urnes.
Regardez les résultats par département ou territoire, avec le comparatif par rapport à 2009 (passez la souris sur l'image pour avoir les taux précis d'abstention) :

2 - La montée de l'UMP

Les précédents scrutins (présidentielle et législatives 2012, municipales 2014) avaient été plutôt médiocres pour l'UMP dans les Outre-mer. Mais cette fois, le parti de Jean-François Copé est en tête, avec 26,7% des suffrages. C'est six points de mieux qu'au niveau national. Mais il faut relativiser ce résultat : lors du précédent scrutin européen en 2009, l'UMP avait également terminé en tête avec un score de près de 30%. 

Sur le graphique ci-dessous, nous comparons les résultats des principaux partis entre les scrutins européens de 2004, 2009 et 2014.

3 - La chute du parti socialiste

Même si le PS affiche Outre-mer une certaine stabilité par rapport au dernier scrutin européen, la vague rose de 2012 est bien loin, aussi bien au plan national que dans les Outre-mer. Après l'alerte des municipales, le parti socialiste perd  clairement son leadership ultramarin. Comme un symbole, la Guadeloupe, terre d'élection de Victorin Lurel, ancien ministre des Outre-mer, place l'UMP (27,8%) devant le PS (23,3%). Même constat à La Réunion où le parti socialiste n'arrive qu'en troisième position derrière le député sortant Younous Omarjee (issu du Parti Communiste Réunionnais) et l'UMP. 

4- Le Front National progresse

Alors qu'il crée la sensation en devenant le premier parti de France lors de ces Européennes, le Front National réalise une grosse percée Outre-mer, avec 10,2% des suffrages, mais il est loin de son score au niveau national (26%). 
liste FN
©FTV

Dans le détail, le Front National obtient les scores suivants :
  • 31,7% à Saint-Barthélémy
  • 16,9% à Saint-Martin
  • 15,4% à Saint-Pierre et Miquelon
  • 14% en Guyane
  • 13% à La Réunion
  • 11,6% en Nouvelle-Calédonie
  • 8,6% en Guadeloupe
  • 7,7% en Polynésie
  • 5,4% à Mayotte
  • 4,7% en Martinique
  • 2% à Wallis et Futuna

5 - Un mode de scrutin à revoir ? 

Est-ce une explication à l'abstention massive ? Le mode de scrutin particulièrement complexe et difficilement compréhensible dans la circonscription Outre-mer ne facilite vraiment pas la pédagogie ! L'objectif affiché est que les trois sections (Atlantique, Pacifique, Indien) dispose d'un élu au Parlement Européen, mais il aboutit parfois à des résultats qui peuvent paraître étranges : ainsi, dans la circonscription Atlantique, l'UMP arrive en tête, mais c'est le socialiste Louis-Joseph Manscour qui devient euro-député. 

Et il ne favorise pas non plus la parité. Une fois encore, ce sont trois hommes qui représenteront les Outre-mer lors des cinq prochaines années au Parlement européen...