outre-mer
territoire

Raoni en visite à Paris

amazonie
Raoni à l'Assemblée nationale
Raoni à l'Assemblée nationale ©ERIC FEFERBERG / AFP
A quelques jours du début de la Coupe du monde de football au Brésil, le chef amérindien Raoni poursuit sa tournée européenne pour alerter l'opinion publique sur les menaces qui pèsent sur l'Amazonie. Raoni rencontre aujourd'hui la maire de Paris. La veille, il était à l'Assemblée nationale.

Le chef indien Raoni essaie de faire entendre sa voix, à quelques jours de l'ouverture de la Coupe du monde au Brésil (coup d'envoi le 12 juin). Même en période de Coupe du monde, "la déforestation continue", rappelle  Raoni du haut de ses 84 ans. Le chef dont la coiffe à plumes et le disque labial focalisent l'attention entend sensibiliser le monde à la nécessité de protéger l'Amazonie, dernière terre vierge située à cheval sur plusieurs pays dont le Brésil et la Guyane française. Organisée par l'ONG Planète Amazone, la tournée de Raoni se poursuivra à Bruxelles, Londres, Monaco et Oslo.

Raoni à l'Assemblée nationale

De passage à Paris dans le cadre d'une tournée en Europe, Raoni Metuktire, chef de l'ethnie Kayapó, a été reçu hier par le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, et des parlementaires. Le chef Raoni, a assisté dans les tribunes à la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée. Il estime que la France "peut nous aider à aider la forêt et notre peuple", notamment en interdisant l'importation du bois illégal d'Amazonie. 

Raoni et la Guyane française

Claude Bartolone, pour sa part, a mis en avant la "responsabilité" de la France dans la protection de l'Amazonie à travers la Guyane française. Il a aussi appelé à s'inspirer du message du chef pour préparer la grande conférence sur le climat de l'ONU qui aura lieu à Paris en 2015.  Raoni estime que le gouvernement français doit agir contre l'orpaillage illégal en Guyane qui pollue durablement les fleuves. Ecoutez l'interview réalisée par Laetitia Muraccioli et François Brauge de France Ô 

Interview de Raoni

 

Un combat de 25 ans

Les indigènes du Brésil sont moins d'un million sur un total de 200 millions d'habitants. Leurs terres occupent 12% du territoire national et sont situées surtout en Amazonie. Le gouvernement brésilien entend construire un barrage à Belo Monte (le troisième barrage au monde) qui va inonder 668 km2 en pleine terre amazonienne.  Il y a 25 ans, Raoni avait lancé un appel en faveur de la protection de la forêt amazonienne en 1989 aux côtés du chanteur Sting, la route est longue...

Publicité