publicité

Les châteaux de sable de Copacabana

Hier, c'était le premier jour sans match, depuis le début de la Coupe du monde au Brésil. Nicolas Ransom en a profité pour aller à la plage de Copacabana. Il n'avait pourtant ni pelle, ni seau, mais il a ramené de beaux châteaux de sable !

© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom
  • Nicolas Ransom / la1ere.fr
  • Publié le , mis à jour le
Premier jour sans match... Ça fait drôle !
Pas de bouchons interminables aux abords des stades, pas de supporters peinturlurés en train de boire des bières sur les trottoirs devant les écrans géants, pas de radio à fond dans les taxis avec des «Gooooooooooollllllllllllll !!!» qui te percent les tympans...

Vraiment, ça surprend... Même Copacabana semblait endormie.
Principale animation : les châteaux de sable. Pas ceux des enfants avec leur pelle et leur seau. Non, ceux des sculpteurs dont les œuvres attirent l'œil des touristes sur l'Avenida Atlantica...
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

"Des tonnes d'eau et de sable"

Des sculptures gigantesques comme celle de Rogean avec son Christ du Corcovado, son Pain de sucre et bien sûr, ses joueurs de foot. "J'ai mis deux semaines pour la faire. Il faut d'abord ramener des tonnes d'eau et de sable. Ensuite, je sculpte avec mes truelles et mes spatules. Et à la fin, je mets un spray imperméabilisant pour protéger mon œuvre de la pluie."
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

Un vrai business

Rogean joue avec le sable depuis près de 20 ans. " J'ai commencé à l'âge de 13 ans pour m'amuser. Maintenant, je suis devenu un artiste, un maître-sculpteur..." Un chef d'entreprise aussi : "j'ai une assistante pour m'aider et des vigiles pour garder mes œuvres la nuit". Car ces sculptures sont un vrai business. Pour faire des photos, les touristes doivent mettre la main à la poche. "Pendant la Coupe du monde, je me fais en moyenne 150€ par jour. Les bons jours, ça monte à près de 300€ !" L'équivalent d'un mois de SMIC au Brésil.
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

Rogean, sculpteur voyageur

Un art, une passion qui a permis à cet enfant du Brésil de découvrir le Monde. Rogean est fier de nous montrer son book photos : "Maldives, Maurice, Venezuela, Caraïbes... Je suis déjà allé dans une dizaine de pays, pour faire des sculptures à la demande de grands hôteliers ou d'organisateurs de grandes manifestations." Au Brésil, Rogean a eu des commandes de la FIFA pour réaliser un Maracanã géant, ou de la mairie de Rio pour faire une Tour Eiffel en 2009, lors de l'année de la France au Brésil.
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

Les touristes restent bouche bée devant les sculptures qui se dressent sur le Calcadaõ, la promenade de Copacabana. À l'image de Carlos, supporter venu de Colombie : "J'adore ! Je trouve ça magnifique... En plus, il a représenté Falcao, mon idole !"
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom

"S'il avait fait l'OM..."

René, lui, n'a pas vraiment apprécié. Ce supporter français est venu de Marseille et il est tombé nez à nez avec une sculpture de Thiago Silva avec l'emblème du PSG : "S'il avait fait l'OM avec le Vélodrome et Paulo César, OK... Mais là, le PSG, ça ne me plaît pas du tout !"
L'art n'adoucit pas toujours les mœurs...
© Nicolas Ransom
© Nicolas Ransom


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play