outre-mer
territoire

Rentrée parlementaire morose : qu'en pensent les députés ultramarins ?

politique
Assemblée
Hier c'était la rentrée parlementaire. Entre les sondages en berne et l'affaire Thévenoud, l'éphémère Secrétaire d'Etat "contribuable négligent" et ayant une pseudo "phobie administrative", cette rentrée est bien tendue à l'Assemblée nationale.  
Pas facile, semble-t-il, d'être député de gauche en cette rentrée parlementaire. La croissance est en berne. Le chômage continue de grimper. François Hollande est à 13% de popularité selon un sondage. L'affaire Thévenoud fait des ravages en décredibilisant un peu plus les politiques. 

Mais il faut tenir le cap, c'est le sentiment de Victorin Lurel, député socialiste de Guadeloupe. L'ancien ministre des Outre-mer est interviewé par Célia Cléry.

Victorin Lurel / Confiance ds le gouvernement

Victorin Lurel votera donc la confiance au gouvernement Valls, le 16 septembre prochain. 
C'est aussi le cas du député socialiste de Mayotte, Ibrahim Aboubacar. 

I Aboubacar / Confiance ?

Mais d'autres députés font entendre leur différence. C'est le cas du Martiniquais Bruno Nestor Azerot. Il estime que l'affaire Thévenoud est très grave, alors que François Hollande avait fait campagne sur l'exemplarité nécessaire des élus.

Bruno Nestor Azerot / affaire Thévenoud

L'UMP compte les points

Dans le camp d'en face, les députés UMP ont opté pour une stratégie de retenue : ils observent et laissent leurs collègues de gauche commenter sans relâche l'affaire Thévenoud. L'unique député UMP des Outre-mer, Daniel Gibbs, qui représente Saint-Martin et Saint-Barthélémy, condamne tout de même le comportement de Thomas Thévenoud.

Daniel Gibbs

 

Publicité