outre-mer
territoire

Budget de l'Outre-mer : adoption express

politique
George Pau-Langevin
George Pau-Langevin ©Assemblée nationale
Le budget de l'Outre-mer a été adopté en moins de deux heures à l'Assemblée nationale, en présence de Claude Bartelone son président. La légère hausse de ce budget a été saluée par tous les députés, même si la mise en cause de la continuité territoriale fait grincer les dents.
George Pau-Langevin avait la mine des grands jours. La ministre des Outre-mer pouvait aborder tranquillement ce débat sur la budget, car avec une hausse de ses crédits de 0,3% dans un contexte de crise, cela relève du tour de force. Du coup, les critiques des députés ne se sont pas montrés des plus sévères. Le débat présidé par Claude Bartelone a commencé sous de bons augures pour la ministre avec l'intervention de la députée PS de La Réunion, Ericka Bareigts qui a salué ce budget 2015 "très bon pour les Outre-mer". Même Philippe Gomes, député UDI de la Nouvelle-Calédonie n'a pas émis de critiques très vives. Le budget du ministère des Outre-mer a donc été adopté à l'Assemblée nationale et aussi au Sénat. 


Continuité territoriale

La seule vraie critique qui est revenue à plusieurs reprises portait sur la remise en cause de la continuité territoriale. "Nous aurions aimé le maintien de cette aide à l'achat de billets d'avion, a déclaré Huguette Bello, députée de La Réunion car cette remise en cause va toucher les plus modestes". Le député Serge Letchimy lui aussi déplore cette mesure prévue dans le budget 2015, de même que Stéphane Claireaux, député de Saint-Pierre-et-Miquelon. 

 

Faire entendre sa voix

Chaque député a ensuite plaidé pour sa propre paroisse. Le parlementaire de Mayotte Ibrahim Aboubakar a fait remarquer que le passage de Mayotte au statut de RUP (Région ultrapériphérique) posait des problèmes et qu'il fallait que l'Etat accompagne ces changements. Chantal Berthelot et Gabriel Serville pour la Guyane ont demandé qu'un pacte d'avenir soit vraiment mis en oeuvre pour la Guyane qui connaît une croissance démographique exceptionnelle.  Les élus de Polynésie UDI ont de leur côté fait connaître la situation économique catastrophique de leur territoire et demandé plus d'aide de l'Etat. Enfin Philippe Gomes, député lui aussi UDI de Nouvelle-Calédonie a demandé à la ministre des Outre-mer d'intervenir en faveur de l'Université localement pour réformer le dispositif sympa qui n'est selon lui "pas sympa du tout".

Et les sargasses

Ary Chalus, le député de la Guadeloupe a fait part dans ce débat de son inquiétude concernant l'arrivée massive d'algues sargasses sur les côtes de l'archipel. La ministre lui a fait remarquer sans ménagement que cette crise des sargasses était beaucoup plus importante en Martinique qu'en Guadeloupe. Enfin le député de la Martinique Alfred Marie-Jeanne, le doyen de ce débat avec ses presque 78 ans qu'il fêtera le 15 novembre prochain a fait part de ses inquiétudes pour les retraités.