Qui est Michaëlle Jean, nouvelle secrétaire générale de la Francophonie ?

francophonie
Michaëlle Jean, nouvelle secrétaire générale de la Francophonie.
Michaëlle Jean, nouvelle secrétaire générale de la Francophonie. ©COLE BURSTON / AFP
A 57 ans, la Canadienne Michaëlle Jean a été nommée à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie dimanche 30 novembre. Retour sur le parcours fulgurant de celle qui a fui Haïti à l’âge de 10 ans avant de devenir gouverneur général du Canada de 2005 à 2010.
C’est la première femme nommée à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie. A 57 ans, la Canadienne Michaëlle Jean a été désignée dimanche 30 novembre 2014 pour succéder au Sénégalais Abdou Diouf, devenant ainsi la première secrétaire générale non-africaine à occuper ce poste. "Je suis d’Afrique, le continent de toutes nos origines, d’où et de quelque race que nous soyons", revendique néanmoins cette qui a dû quitter son pays natal, Haïti, à l’âge de 10 ans (déclaration à lire sur son site).
 

Fuir Papa Doc

Née à Port-au-Prince en 1957, elle arrive au Canada en 1968 avec ses parents, pour fuir le régime du dictateur François Duvalier, dit "Papa Doc". Après de brillantes études à cheval entre Montréal et l’Italie, Michaëlle Jean devient journaliste au sein des rédactions de Radio-Canada et de CBC Newsworld (voir la vidéo ci-dessous qui date de 2001).
 
 
En parallèle, elle participe ponctuellement aux documentaires de son mari, le réalisateur français Jean-Daniel Lafont. Dans le film "La manière nègre ou Aimé Césaire, chemin faisant" sorti en 1991, la Canadienne originaire d’Haïti affirme alors : "L’indépendance, ça ne se donne pas, ça se prend !".
 

"Petite reine"

En 2005, la journaliste quitte les plateaux de télévision pour devenir le 27e gouverneur général et commandant en chef du Canada : une fonction honorifique qui consiste à représenter la reine Elisabeth sur le sol canadien, d’où son surnom de "Petite reine".
 
Pendant cinq ans, Michaëlle Jean sillonne la planète : une quarantaine de pays visités, dont dix en Afrique, rapporte l’AFP. Madame le gouverneur général n’hésite pas à prendre position sur divers dossiers, comme en 2009 lorsqu’elle avala du cœur de phoque (cru) pour soutenir les chasseurs Inuits. Lors du séisme dévastateur en Haïti en janvier 2010, elle ne cache pas sa vive émotion au moment d’appeler les Canadiens à la solidarité (voir la vidéo ci-dessous).


De l’Unesco à la Francophonie

Aussitôt après avoir quitté le poste de gouverneur général en 2010, Michaëlle Jean endosse le rôle d’envoyée spéciale de l’Unesco en Haïti. Fidèle à sa liberté de parole, elle déplore la main mise des ONG sur ce pays (à voir dans cette interview de TV5 Monde).
 
Dans le même temps, celle qui ne parle pas moins de cinq langues (anglais, français, italien, espagnol, créole) milite farouchement pour la promotion de la langue française. Grand Témoin de la Francophonie pour les JO de Londres en 2012, là voilà désormais secrétaire générale de l’OIF. Une nomination saluée aussi bien par la France que par Haïti.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live