Les conditions de rachat de Corsair par Air Caraïbes inquiètent les salariés

transport aérien
Siège Corsair
©Laura Philippon
Le groupe Dubreuil, actionnaire d'air Caraïbes, prévoit de racheter Corsair avec à l'horizon 2016 la création d'une nouvelle entité. Explications, à l'issue du Comité d'Entreprise extraordinaire qui se déroulait ce jeudi à Paris.
La rencontre aura duré plus de quatre heures au siège de Corsair, à Rungis, près de Paris. Le groupe Dubreuil, actionnaire d'air Caraïbes, a présenté son projet de rachat aux représentants du personnel de la compagnie Corsair, lors d'un comité d'entreprise extraordinaire. À la sortie de la réunion, les représentants du personnel sont discrets. Le contexte est tendu, la société a déjà connu plusieurs plans sociaux et le spectre de nouveaux licenciements angoisse les salariés.

Marc Rochet, patron de l'entité

Selon nos informations, le groupe Dubreuil prévoit de racheter Corsair en mettant à sa tête le président d'air Caraïbes, Marc Rochet. Malgré ce rachat la compagnie conserverait son identité et sa marque. Ses Boeings 747, des appareils vieillissants, resteraient en service au moins jusqu'en 2016, date à laquelle ils pourraient être remplacés par des appareils équivalents. Air Caraïbes a en effet commandé six A350 livrables dès 2016, et cinq autres seraient également prêts à être commandés, d'après nos informations.

Un personnel pas vraiment rassuré 

Jusque là, le projet semble convenir au personnel. La suite un peu moins. À partir de 2016, le groupe Dubreuil aurait en effet prévu de créer une nouvelle entité pour absorber la flotte d'A350, mais aussi du personnel qui pourrait avoir des contrats renégociés. Résultat : certains syndicats y voient, à l'horizon 2016, "la création d'une nouvelle compagnie aérienne".

Le groupe Dubreuil, lui, détaillera son projet à la presse demain, vendredi 20 février.