outre-mer
territoire

L’amendement des jours fériés Outre-mer, passé (presque) inaperçu, fait désormais la Une des médias

politique
Ericka Bareigts
©DR
Sur proposition de la députée réunionnaise Ericka Bareigts, un amendement de la loi Macron a été adopté en toute discrétion le 14 février, à l'Assemblée. Il permet de remplacer des jours fériés catholiques par des fêtes locales Outre-mer. Ce lundi, la presse nationale s'empare du sujet.
Il était passé (presque) inaperçu. Le 14 février, un samedi soir, dans un hémicycle presque vide, l’Assemblée nationale a adopté en six minutes un amendement de la loi Macron, défendu par la députée socialiste de La Réunion, Ericka Bareigts. Il prévoit que les jours fériés correspondant à des fêtes catholiques puissent être remplacés par des "jours fériés locaux" Outre-mer.
La1ère.fr vous en avait parlé dès le lendemain, évoquant les "réticences - feutrées - du gouvernement" et le contexte tendu dans lequel avait été voté cet amendement. Ce lundi, la presse nationale s’empare du sujet avec un article du Parisien-Aujourd'hui en France : "La loi qui veut changer les règles".

Radio, internet...

Dans la foulée, les radios sont revenues sur le sujet ce lundi matin. Eric Ciotti, député UMP s’est exprimé sur Europe 1. Il compte déposer un recours devant le Conseil constitutionnel si l’amendement devait être définitivement adopté. Le député s'est farouchement opposé à ce texte le 18 février dernier, notamment sur son compte Twitter.


... et télévision

Enfin, l’amendement polémique n’a pas échappé à la matinale de France 2 avec ce sujet diffusé dans Télématin : "Outre-mer : la  fin du ramadan bientôt jour férié".

##fr3r_https_disabled##


Ericka Bareigts réagit à la polémique
Ericka Bareigts a réagi, lundi 23 février, suite à la polémique déclenchée par l'amendement sur le remplacement des jours fériés catholiques Outre-mer. "Il faut que la polémique cesse, a déclaré la députée réunionnaise à l’origine de ce texte. Nous sommes sur un amendement qui donne juste une possibilité. Il est écrit dans le texte : "peut". En français, le mot "peut" a un sens. Cet amendement, limité aux territoires ultramarins, permettra donc à ces territoires, s’ils le souhaitent après dialogue et discussion, de réfléchir à ce que certaines dates du calendrier puissent être partagées. C'est une idée riche et généreuse qui n’a rien à voir avec l’approche que peuvent avoir certains. Nous sommes dans la fraternité."

(Propos recueillis par Serge Massau de la radio Outre-mer 1ère.)
Publicité