outre-mer
territoire

"Trop c’est trop !" : les quatre parlementaires guyanais montent au créneau pour défendre Christiane Taubira

politique
Les députés guyanais Gabriel Serville et Chantal Berthelot (à gauche) et les sénateurs Gabriel Serville et Antoine Karam (à droite).
Les députés guyanais Gabriel Serville et Chantal Berthelot (à gauche) et les sénateurs Gabriel Serville et Antoine Karam (à droite). ©DR
L’ensemble des parlementaires guyanais – Antoine Karam, Georges Patient, Chantal Berthelot et Gabriel Serville – font part de leur soutien à Christiane Taubira, victime d’attaques racistes répétées. "Trop c’est trop", clament-ils dans un communiqué paru ce jeudi.
"Nous ne pouvons pas nous taire face aux attaques racistes dirigées contre Christiane Taubira", clament les députés et sénateurs guyanais dans un communiqué commun, paru ce jeudi 12 mars (à consulter ci-dessous). Référence aux propos de la première adjointe au maire UMP de Juvisy-sur-Orge qui avait affirmé sur Facebook à propos de la garde des Sceaux : "Elle vient de Cayenne, là où il y avait le bagne, qu'elle reparte là‐bas".

"Trop c’est trop ! [...] Christiane Taubira concentre les attaques car elle est femme, noire, guyanaise et qu’elle fait face avec courage et conviction" : Antoine Karam, Georges Patient, Chantal Berthelot et Gabriel Serville font part de leur "indignation". "Se taire, poursuivent-ils, c’est laisser insulter l’ensemble des noirs de France, qu’ils soient Français ou non, comme ceux d’ailleurs !", écrivent-ils.


Multiplication des soutiens à Christiane Taubira

"Nous exprimons notre colère face aux propos de tous ceux qui s’inscrivent dans l’héritage politique des théoriciens du racisme, de l’apartheid, de l’inégalité des races ; ceux‐là mêmes qui véhiculent les idées qui ont donné naissance à l’esclavage et à la traite, mais également à la Shoah'", affirment les quatre parlementaires guyanais. Et de conclure : "Nous souhaitons que les responsables des partis de droite prennent cette fois‐ci des sanctions exemplaires et condamnent avec vigueur ce type de propos."

Hier, ce sont François Hollande et Manuel Valls qui avaient pris la défense de la ministre de la Justice. Christiane Taubira avait alors remercié l’ensemble de ses soutiens sur les réseaux sociaux.