publicité

Il y a quatre ans, Pierre Just Marny

Il y a quatre ans jour pour jour, le Martiniquais Pierre Just Marny était retrouvé pendu dans sa cellule de Ducos. Les demandes de libération conditionnelle du plus ancien détenu de France - 48 ans derrière les barreaux - sont toujours restées vaines. Retour sur les dernières années de sa vie.

Le Martiniquais Pierre Just Marny a passé 48 ans de sa vie en prison. © DR / Montage La1ère
© DR / Montage La1ère Le Martiniquais Pierre Just Marny a passé 48 ans de sa vie en prison.
  • Par Léia Santacroce
  • Publié le
Il signe ses derniers mots de son numéro d'écrou : "Pierre Just Marny – 18513". Le 7 août 2011, au lendemain de ses 68 ans, le plus ancien détenu de France (48 ans derrière les barreaux) est retrouvé pendu dans sa cellule de Ducos, en Martinique. "Il s’est de nouveau envolé", regrette l'un de ses avocats, Philippe Edmond-Mariette. Référence à son évasion après son arrestation pour triple meurtre, en septembre 1965. Son surnom, "la panthère noire", lui vient d'ailleurs de son agilité et de sa propension à filer entre les mains des forces de l'ordre.
 
Condamné en 1969 à la réclusion criminelle à perpétuité (échappant de justesse à la peine capitale), le Martiniquais a purgé l'essentiel de sa peine dans l'Hexagone, en Unité pour malades difficiles (UMD). En juillet 2007, Pierre Just Marny est incarcéré à Fresnes. Il introduit alors sa première demande de libération conditionnelle, 42 ans après les faits. Le jugement est renvoyé, la réponse se fait attendre.

Pierre Just Marny a dû attendre le 28 mai 2011 pour être transféré en Martinique. © R.Bastide
© R.Bastide Pierre Just Marny a dû attendre le 28 mai 2011 pour être transféré en Martinique.

 

Imbroglio fatal

Surprise, en mai 2008, il obtient non pas sa libération mais le transfert sur son île, un retour qu’il espérait depuis des années. C'est là que la confusion s'installe. "Quand j'ai été transféré à la Martinique, je m’attendais à retrouver la liberté comme cela m'avait été indiqué en quittant la prison de Fresnes", écrira-t-il en 2011 à Nicolas Sarkozy, dans sa demande de grâce présidentielle. Mais toutes ses demandes de libération conditionnelle sont rejetées, au motif qu'il doit d'abord retourner dans l'Hexagone pour être examiné au Centre national d'observation de Fresnes (ancêtre du Centre national d'évaluation, lequel comprend aujourd'hui trois sites dans l'Hexagone, mais aucun en Outre-mer).

► Pour en savoir plus sur le Centre national d'évaluation, (re)lire notre enquête sur le parcours du combattant des détenus longues peines condamnés Outre-mer
 
Car entre sa demande de libération conditionnelle et son transfert en Martinique, la donne a changé. Une nouvelle loi a été votée en février 2008 pour prévenir la récidive (en réaction au drame dit du "petit Enis", un garçonnet violé par le multirécidiviste Fabrice Evrard). Le 29 février, une circulaire de la garde des Sceaux, Rachida Dati, paraît au journal officiel. Elle dispose que s'agissant des détenus condamnés à la perpétuité, toute libération est conditionnée par un passage à Fresnes.

Extrait de la circulaire de Rachida Dati, le 29 février 2008 :
Circulaire du 29 février 2008. © DR
© DR Circulaire du 29 février 2008.

 

"Je ne peux plus être trimbalé"

Retourner en métropole ? Hors de question pour Pierre Just Marny. "Il s'est braqué, se rappelle son avocat, Philippe Edmond-Mariette. Il ne comprenait pas. Il a dit : 'Jamais !'" Le Martiniquais s'en explique noir sur blanc dans sa lettre adressée à Nicolas Sarkozy le 15 juin 2011, deux mois avant sa mort : "Monsieur le Président, je ne peux plus, dans l'état physique dans lequel je me trouve, être "trimbalé", je ne sais pour quelle durée, d'un avion à la prison de Fresnes [...] Je suis fatigué et mon état de santé s'est beaucoup dégradé en détention, singulièrement ces trois dernières années (Pierre Just Marny est devenu presque aveugle, ndlr)."
 
Consultez ci-dessous la lettre adressée par Pierre Just Marny à Nicolas Sarkozy, le 15 juin 2011 :

Les avocats du "plus vieux détenu de France" ont bien essayé d'obtenir que cette évaluation obligatoire soit effectuée en Martinique, en vain. "Considérer que seul le centre de Fresnes est légalement habilité à procéder à l'évaluation requise par la loi constitue une dénaturation de la loi ainsi qu'une violation des droits des condamnés martiniquais, qui, en raison de leur éloignement géographique, en seraient privés", font-ils remarquer dans leur argumentaire. Mais rien n'y fait. (A noter qu'à ce jour, il n'existe toujours pas de Centre national d'évaluation en Outre-mer.) 

Les derniers mots de Pierre Just Marny retrouvés dans sa cellule de Ducos. © DR

Déni de justice ?

"Dans le cas de Pierre-Just Marny, il y a eu déni de justice", martèle son avocat, toujours aussi remonté quatre ans après. "En lui accordant son retour en Martinique sans traiter la question de la libération conditionnelle, le juge d'application des peines a juste voulu se débarrasser d'un cas lourd", estime Philippe Edmond-Mariette.
 
Après le 14 juillet 2011, voyant que sa demande de grâce présidentielle n'avait reçu aucune réponse, l'état psychologique de Pierre Just Marny s'est fortement dégradé. Il passe alors plusieurs jours à tresser une corde et inscrit ces quelques mots avant de passer à l'acte, dans la nuit du 6 au 7 août : "Courage, un jour tu sortiras de l'esclavage forcé que tu subis."

“Comme beaucoup de Martiniquais, quand j'ai appris sa mort, j’étais complètement bouleversé, se remémore son avocat. J’ai pensé que Marny avait voulu clamer : ‘Mon corps, vous l’avez gardé. Mais mon esprit est libre !’

Pierre Just Marny en 15 dates clés
6 août 1943 : naissance de Pierre Just Marny à Fort de France.
1963 : première condamnation devant le tribunal correctionnel de Fort de France (4 ans avec sursis dont deux avec sursis).
2 septembre 1965 : sorti de prison, Marny part à la recherche de ses anciens complices pour leur demander des comptes. Il tue trois personnes dont un bébé et prend le maquis.
8 septembre 1965 : arrestation et incarcération à la prison de Fort de France.
10 septembre 1965 : il s'échappe et devient "ennemi public numéro 1".
19 septembre 1965 : arrestation de Marny à Sainte-Thérèse.
24 novembre 1965 : transfert à la maison de Fresnes.
Septembre 1969 : procès de Marny devant la cour d'assises de Paris. Il échappe à la peine capitale mais prend la perpétuité. Des années d'incarcération difficiles. Il est transféré en Unité pour malades difficiles (UMD) à Montfavet, dans le Vaucluse.
12 juillet 2007 : première demande de libération conditionnelle.
Août 2007 : le petit Enis est victime de sévices sexuels commis par le multirécidiviste Fabrice Evrard.
20 août 2007 : Nicolas Sarkozy organise une table ronde sur les mesures de sûreté contre les criminels dangereux.
29 février 2008 : circulaire de Rachida Dati portant notamment sur la libération conditionnelle des personnes condamnées à la réclusion criminelle à perpétuité.
28 mai 2008 : retour de Marny en Martinique, à la prison de Ducos.
14 juin 2010 : unique permission de sortie de 6h accordée à Marny (il ira voir sa famille et la mer).
7 août 2011 : Pierre Just Marny est retrouvé sans vie dans sa cellule.
Source : "Pierre Just Marny, jusqu'au bout du silence, 1963-2011, 48 ans de prison", Marlène Hospice, éditions Chalbari antillais


Le cas de Pierre Just Marny cité par la psychiatre Magali Bodon-Bruzel

Magali Bodon-Bruzel est psychiatre. Elle exerce (entre autres) au Service médico psychologique régional de la maison d'arrêt de Fresnes. Dans son dernier ouvrage, "L'homme qui voulait cuire sa mère" (co-écrit avec Régis Descott, éditions Stock, 2015), elle évoque le cas emblématique de Pierre Just Marny. Extrait :

"Le plus vieux détenu de France avait passé plus de 40 ans alternativement en prison et UMD (Unité pour malades difficiles) : un très grave trouble de l'humeur, une condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité pour plusieurs meurtres, et une popularité Outre-mer que rien n'avait altéré. Lorsque nous le raccompagnâmes en avion, des gens l'attendaient avec des banderoles à l'aéroport. Dans les années 1960, au moment de son affaire, il avait tenu tête pendant des semaines à la police et la population locale avait pris parti pour lui. Il était devenu une sorte de héros, incarnant la lutte contre les colons, et la boulangère qui l'avait dénoncé avait vu son magasin saccagé. Il n'était pas revenu chez lui depuis une quarantaine d'années. Il était content, me rapporta Eugène, le cadre de santé qui le remit aux autorités sanitaires et pénitentiaires. Il mit fin à ses jours là-bas, quelques années après son retour. Le travail était beau à l'UPH (Unité psychiatrique d'hospitalisation), mais parfois les défis trop grands." 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play