publicité

Le Député de la Réunion, Thierry Robert, contraint à la démission ?

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique alerte le  président de l'Assemblée Nationale et la ministre de la justice sur cet élu Modem de la Réunion, dont les fonctions dans plusieurs sociétés immobilières pourraient être incompatibles avec son mandat.

Thierry Robert, député-maire de Saint-Leu © Capture d'image / Site de l'Assemblée Nationale
© Capture d'image / Site de l'Assemblée Nationale Thierry Robert, député-maire de Saint-Leu
  • Par Pierre Lacombe
  • Publié le
La situation de Thierry  Robert, 38 ans, élu député de La Réunion en 2012, sera examinée au  prochain bureau de l'Assemblée nationale mi-octobre, et une décision sera ensuite prise sur la nécessité de saisir les Sages, précise l’entourage de Claude Bartolone, le Président de l'Assemblée Nationale.

"Nous réagissons aux requêtes" tout en précisant  qu'"il n'y a pas de retard" dans l'examen de la situation de cet élu. Le bureau de l'Assemblée, sa plus haute instance collégiale, ou bien la ministre peuvent saisir le Conseil constitutionnel, qui statue sur l'incompatibilité. Si un député ne régularisait pas sa situation, le Conseil pourrait le déclarer démissionnaire d'office de son mandat. Le Canard Enchaîné qui révèle cette "affaire" s'étonne que jusqu'ici "l'Assemblée et le ministère de la justice ont oublié de saisir le Conseil Constitutionnel."


Un député plein de ressources

Thierry Robert, chef d'entreprise et industriel, selon sa fiche sur le site internet de l'Assemblée, a déclaré des parts dans 18 sociétés, dont certaines ont une activité de promotion immobilière, ce qui est prohibé par le Code électoral.

Maire de Saint-Leu et chef de file du MoDem pour les élections régionales de décembre à La Réunion, il fait par ailleurs l'objet d'une enquête ouverte par le parquet de Paris début juillet, après un signalement de la Haute Autorité sur une possible sous-évaluation de son patrimoine. Le député qui siège au sein du groupe RRDP (radicaux de gauche et divers gauche) dénonce pour sa part des "erreurs d'appréciation" et "une dénonciation calomnieuse".
 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play