Cats : en haut de l’affiche, Prisca Demarez, Réunionnaise de coeur

musique
Prisca Demarez
©Martin Baumer
Sa carrière d’artiste, Prisca Demarez l’a débutée du côté de La Réunion. Depuis, l’ancienne psychomotricienne a grandi. Elle se retrouve aujourd’hui tout en haut de l’affiche de Cats, la mythique comédie musicale, assurément le succès de l’automne parisien.
Quand on lui demande son âge, Prisca Demarez a comme unique réponse un « miaou » presque agressif, quasiment aussi bien maîtrisé qu’un greffier à qui l’on voudrait imposer un bain d’eau froide. « C’est une question tellement humaine ! » Et en âge de chat alors ? « Comme eux, j’ai déjà eu 1 000 vies. Et comme Grizabella, je n’en ai pas fini ! » Grizabella, c’est le personnage qu’elle incarne, la star des chats : « c’est une vieille chatte, qui s’est frottée à plein de vies, plein de cultures, et qui revient abîmée. Elle s’est déchiré les ailes à vouloir voler. Et elle revient, épuisée, au bal des chats pour, pourquoi pas, obtenir la vie éternelle. »
 
Prisca Demarez 2
©Martin Baumer

Pour l’occasion, le célèbre théâtre Mogador est investi par un grandiose décor de décharge au clair de lune. Au milieu de carcasses de voiture, boites de pâtée pour chat et autres déchets en tout genre, Prisca Demarez s’avance sur scène. Seule, laissée là par les autres chats, danseurs aux allures félines presque réelles. Son costume est gris, vieilli, sali. Le personnage est « proche de sa mort, il nous montre à tous notre peur d’être seul, isolé, de mourir seul. » Seule sur scène, sa voix scotche les 1 600 chanceux présents. Grizabella interprète la célèbre chanson « Memory », rebaptisée « Ma Vie » en français. L’ovation du public est à la hauteur de la puissante prestation. « Chat alors ! » murmure, fier de son calembour, l’un des spectateurs à son voisin.
 
Prisca Demarez 3
©Martin Baumer
 
Aujourd’hui star des chats, star de Cats, Prisca Demarez n’avait pourtant pas destiné sa vie d’humaine au spectacle. « C’est à la Réunion que je suis née artistiquement ! » Avant cela, c’est dans un domaine bien éloigné de la scène qu’elle menait sa carrière : « J’étais psychomotricienne à l’hôpital de Saint-Denis. » Son temps libre, la jeune femme l’occupait à écumer les bars du chef-lieu avec Java, son groupe de jazz. « Un jour, on est venu me chercher pour me dire de travailler. Plus tard, mon coach, Jacques Deshayes, m’a dit qu’ils cherchaient une zoreille pour jouer dans Sega Pluriel. Ca a été ma première comédie musicale. » Prisca deviendra ensuite animatrice sur les ondes de RFO Réunion, puis elle enchaînera sur un rôle dans « Paul et Virginie », toujours à La Réunion. « C’est là que le metteur en scène m’a dit : ‘c’est le moment, si tu veux en faire ton métier, tente ta chance, repars de zéro’. J’en ai alors terminé avec la psychomotricité ! » Depuis, la désormais chanteuse confirmée n’a pas remis les pieds sur son île de cœur. Elle propose toutefois de revenir pour assurer des masterclass d’opéra. 

1
©Martin Baumer
2
©Martin Baumer
3
©Martin Baumer
4
©Martin Baumer
5
©Martin Baumer
6
©Martin Baumer
7
©Martin Baumer
8
©Martin Baumer
9
©Martin Baumer
10
©Martin Baumer
11
©Martin Baumer

 

Ecoutez le reportage audio d'Outre-mer 1ère

Reportage radio Cats


Regardez le reportage vidéo d'Outre-mer 1ère / France Ô  



Cats, le musical
Cats, c’est plus de 73 millions de spectateurs dans 300 villes à travers le monde, quasiment 9 000 représentations à Londres depuis sa première il y a presque 35 ans. Le succès a conduit la comédie musicale créée par Andrew Lloyd Webber à être traduite dans une quinzaine de langues. Cats n’a plus été jouée à Londres depuis 2002 et à Broadway depuis 2000. Déjà adapté à Paris en 1989, le spectacle revient à Mogador pour 90 représentations jusqu’au 10 janvier.