In Memoriam : l’écrivain martiniquais Edouard Glissant nous quittait il y a cinq ans

culture
glissant
Edouard Glissant devant le Mémorial de l’esclavage à l’Anse Caffard (commue du Diamant) en Martinique. ©DR
Le 3 février 2011, le romancier et essayiste martiniquais Edouard Glissant décédait à Paris, à l’âge de 82 ans. Ses archives ont été classées « Trésor national » par le ministère de la Culture et son œuvre considérable reste encore à défricher. 
En décembre 2014, les archives d’Edouard Glissant étaient classées « Trésor national » par le ministère de la Culture et de la Communication. Un symbole fort et une reconnaissance importante de l’Etat pour une œuvre aux ramifications multiples qui a marqué son époque. Lors des Journées du patrimoine de septembre 2015, le public avait pu voir certaines de ces archives remarquables au ministère de la Justice.
A cette occasion La1ere.fr avait consacré quelques articles au parcours de l’écrivain martiniquais, comprenant une interview du romancier Patrick Chamoiseau, prix Goncourt en 1992, dont il était un ami intime.


Rétrospective

 

18 septembre 2015 - Les archives d'Edouard Glissant à découvrir aux Journées du patrimoine

Le fonds d’archives comporte la plupart des manuscrits de Glissant, des années cinquante jusqu’à l’année de sa mort en 2011. On y trouve des documents de travail, sa correspondance privée avec des auteurs comme Yves Bonnefoy, Patrick Chamoiseau, Aimé Césaire, J.M.G. Le Clézio etc., ainsi que des textes inédits, comme ces « Notes pour un traité de la décolonisation », écrites vers 1959, ou les « Actes du Congrès constitutif du Front antillo-guyanais », qui étaient pourtant restées introuvables après la dissolution de ce Front en 1961. (Lire la suite ici)
 

21 septembre 2015 - Edouard Glissant (1928 – 2011) : le ministère de la Justice honore l’écrivain martiniquais

Edouard Glissant n’a pas eu le destin illustre - ni la même reconnaissance internationale - de son aîné Aimé Césaire. Ni la flamboyance légendaire de Frantz Fanon, ce Martiniquais qui avait choisi de se battre pour la libération de l’Algérie et de l’Afrique. Mais Glissant a marqué significativement la littérature et la pensée philosophique contemporaine, par sa lucidité et son originalité. (Lire la biographie complète ici). 

glissant manuscrits
Les archives de l’écrivain martiniquais Edouard Glissant ont été présentées à la Chancellerie dans le cadre des Journées du patrimoine, les 19 et 20 septembre 2015. ©DR
 

22 septembre 2015 - L’hommage de Patrick Chamoiseau à Edouard Glissant : "son œuvre nous donne la clé du monde contemporain"

Le ministère de la Justice a rendu lundi soir un hommage solennel à l’écrivain martiniquais Edouard Glissant, à l’occasion de la présentation de son Fonds d’archives, classé « Trésor national ». Trois ministres (Justice, Culture, et Outre-mer) avaient fait le déplacement, ainsi qu’une délégation de la Martinique et de nombreuses personnalités de la société civile, comme l’ex-footballeur Lilian Thuram, l’académicien Dany Laferrière et l’écrivaine guadeloupéenne Simone Schwartz-Bart.
Le romancier martiniquais Patrick Chamoiseau, prix Goncourt 1992, était également présent pour honorer la mémoire de son ami et mentor. Dans un discours chargé d’émotion, il a rappelé les modalités intimes de l’écriture de Glissant. « Il écrivait la nuit. La nuit, disait-il, l’amenait à relation immédiate avec presque la totalité de l'existant, tout le possible, tout l’invisible. (…) Ensuite, il y a la plume, l’encre et la plume, jamais de stylo-bille, sans doute là-aussi, par ce biais de la plume, le rappel des soifs de connaissance sur les bancs de l'école, le souvenir invoqué d’une écriture d'enfant. » (La suite ici).
 

(RE)ECOUTEZ l’interview de Patrick Chamoiseau sur Edouard Glissant