Corinne Narassiguin, porte parole du PS, demande la création d'un ministère de la lutte contre les discriminations

racisme
Corinne Narassiguin
Corinne Narassiguin ©Maïté Koda / FTV
Dans une tribune du site Le Plus, co-signée avec Elsa Di Méo, secrétaire nationale du Parti Socialiste, la porte-parole du PS, originaire de la Réunion, Corinne Narassiguin déplore le "manque de cohésion" des efforts du gouvernement dans la lutte contre les discriminations.
Que fait le gouvernement de gauche pour lutter contre les discriminations? Alors que le Front national marque régulièrement des points dans les sondages, et même aux élections, que fait le gouvernement de gauche pour porter haut et fort ses valeurs? Nombreuses sont les électeurs de gauche qui reprochent au gouvernement de chasser sur les terres de la droite, voire de l'extrême-droite.
Des critiques alimentées par la polémique sur la déchéance de la nationalité, qui a entraîné le départ de Christiane Taubira, relance la question.

 

Fragmentée, la gauche est devenue illisible







C'est en tout cas le point de vue le Corinne Narassiguin, porte parole du PS et d'Elsa Di Méo, secrétaire nationale "'Promotion et action républicaine" du Parti socialiste. Dans une tribune publiée sur le site Le Plus du Nouvel Obs, les deux responsables politiques déplorent que "la gauche soit bousculée quant à sa capacité à porter haut ses valeurs". (…) "Fragmentée, elle est devenue illisible", ajoutent-elles.
 
 

"Reconnaître que les différences existent"

Enumérant différentes agressions anti musulmans, antisémites ou homophobes, elles affirment leur position. "La lutte contre les discriminations, cela commence par reconnaître que les différences existent, non pas pour les effacer ou les dénoncer mais pour comprendre en quoi elles peuvent être source de discriminations."
 
Autre travers de la gauche dénoncé dans la tribune: la confusion entre  la lutte contre les discrimination et la lutte contre les inégalités. "Faire baisser le chômage ne fera pas reculer le racisme, réduire les fractures territoriales ne fera pas disparaitre l'homophobie ou le sexisme", poursuivent-elles, avant d'appeler à la création d'un ministère de plein exercice de la Lutte contre les discriminations. Un ministère qui travaillerait "de manière transversale avec tous les ministères" dans l'Hexagone et les Outre-mer.
 
 
Lire la tribune de Corinne Narrasiguin et Elsa Di Méo