publicité

A quoi va servir la commission des Enfants de la Creuse ?

La ministre des Outre-mer a officiellement installé la commission des Enfants de la Creuse. Cette instance présidée par le sociologue Philippe Vitale devra faire la lumière sur l’histoire de ces enfants exilés de La Réunion entre 1963 et 1982. Pour l’instant pas question de réparations. 

Prosper Eve, Michel Verneray, Philippe Vitale, George Pau-Langevin, Wilfried Bertile et Gilles Gauvin (de gauche à droite) © CB
© CB Prosper Eve, Michel Verneray, Philippe Vitale, George Pau-Langevin, Wilfried Bertile et Gilles Gauvin (de gauche à droite)
  • Par Cécile Baquey
  • Publié le
Les Réunionnais de la Creuse ne renoncent pas. Ils étaient une quinzaine ce jeudi à venir observer les premiers pas d’une commission dont ils ont souhaité la création il y a deux ans. Parmi eux, Marie-Josée Virapin, elle est optimiste : "cette commission va nous permettre de faire la lumière sur cette histoire dramatique. On va pouvoir enfin récupérer nos dossiers bloqués". C’est l’objectif de cette instance composée de cinq membres. 
 
Marie-Josée Virapin, Réunionnaise de la Creuse © CB
© CB Marie-Josée Virapin, Réunionnaise de la Creuse

Selon le président Philippe Vitale, sociologue passionné par cette affaire depuis 1999, il y aurait 1615 enfants déplacés entre 1963 et 1982 en vue de repeupler les départements en cours de désertification. Mais ils sont peut-être plus nombreux. A l'époque, Michel Debré député de La Réunion a impulsé ce déplacement d'enfants. 
 
Philippe Vitale, président de la commision des Enfants de la Creuse © CB
© CB Philippe Vitale, président de la commision des Enfants de la Creuse


Une thèse sur Michel Debré à La Réunion

La commission des Enfants de la Creuse devra établir un tableau précis des enfants concernés et de leur situation démographique actuelle.  Dans cette mission, Philippe Vitale est entouré de deux historiens réunionnais Prosper Eve et Gilles Gauvin. Ce dernier a fait sa thèse sur Michel Debré à La Réunion, l’homme par qui tout est arrivé. Wilfried Bertile, géographe et Michel Verneray, ex-fonctionnaire de l’IGAS nommé par la ministre des Outre-mer viennent compléter ce quintette.

Gilles Gauvin, Prosper Eve, Michel Verneray et Wilfried Bertile © CB
© CB Gilles Gauvin, Prosper Eve, Michel Verneray et Wilfried Bertile


Dans les manuels d'histoire

Lors de sa présentation George Pau-Langevin a précisé les objectifs de cette commission dont la durée de travail a été fixée à deux ans. Il s’agit d’approfondir la connaissance historique sur les enfants de la Creuse et de contribuer à sa diffusion. A ce propos Philippe Vitale estime que cette "affaire d’Etat doit être connu de tous" et doit figurer dans les manuels d’histoire.

Un site internet pour les Réunionnais de la Creuse 

Mais le travail de la commission ne s’arrête pas là. Elle doit parvenir à établir les décisions et les actes qui ont permis le transfert des 1615 enfants et adolescents réunionnais vers l’hexagone. Pour cela, la commission devra être à l’écoute des associations. Un site officiel devrait rapidement voir le jour sur internet où les enfants réunionnais de la creuse et leurs familles pourront poster des messages.
 

A la recherche des ses oncles et tantes

Magalie Savrimoutou, 30 ans est à la recherche de trois de ses oncles et tantes disparus en 1966. "Ma grand-mère de 78 ans voudrait les retrouver. A l’époque en 1966, sa boutique a été rasée en raison de la construction d’un HLM, explique à La1ere.fr la jeune femme. Elle s’est retrouvée seule, sans rien, avec six enfants. Elle a placé les trois derniers en septembre 1966. Ensuite, elle n’a jamais plus eu de nouvelles d’eux. A notre demande, poursuit Magalie Savrimoutou, Le conseil régional de la Réunion a mené des recherches. Ils ont retrouvé les dossiers, mais ils ne veulent pas nous en donner l’accès". La jeune femme fonde beaucoup d’espoir dans le travail de la commission. 
 
Magalie Savrimoutou, nièce de Réunionnais exilés en 1966 © CB
© CB Magalie Savrimoutou, nièce de Réunionnais exilés en 1966


"A La Réunion, on dérange"

De son côté Jean-Charles Pitou de l'association Génération brisée espère que l’image des Réunionnais de la Creuse changera. "A La Réunion, on a l’impression qu’on les dérange. J’ai écrit à Bras-Panon, à Saint Benoit pour demander des aides pour loger des Réunionnais de la Creuse de passage. Je n’ai reçu aucune réponse. Quant à moi et ma sœur, c'est bien simple, nous avons été tout simplement déshérités. Des terres familiales se sont vendues sans nos avis".
 
Henri Annony, Serge Tetry et Jean-Charles Pitou, Réunionnais déplacés au cantal © CB
© CB Henri Annony, Serge Tetry et Jean-Charles Pitou, Réunionnais déplacés au cantal


Des réparations ?

Sur la question des réparations, George Pau-Langevin ne s’est pas trop appesantie. "La commission fera un bilan de la situation (…) A ce moment-là, nous verrons ce qui est possible, envisageable et fondé", sans préciser de délai. Philippe Vitale a semblé un peu plus ouvert à cette question affirmant : "nous ne nous interdisons rien".

Jean-Philippe Jean-Marie, président de Rasinn Anlèr © CB
© CB Jean-Philippe Jean-Marie, président de Rasinn Anlèr

Une attente forte 

Et pourtant, il y a une forte attente de la part des associations. Jean-Philippe Jean-Marie de Rasinn Anlèr : "je suis déçue que les Réunionnais de la Creuse n’aient pas obtenu de billets d’avion pour pouvoir connaître leurs racines. Cela aurait du être fait dès le début". Marie-Josée Virapin de Génération brisée ajoute : "moi, j’ai 60 ans, cette argent (NDLR s’il y a des réparations) on ne va pas en profiter. Je me bats pour mon fils. On a beaucoup fait souffrir nos propres enfants avec toute cette histoire". De son côté, Valérie Andanson de la Fédération des enfants déracinés des DROM se veut optimiste : "on ne peut pas mettre la charrue avant les boeufs", lance-t-elle à La1ere.fr. 

Valérie Andanson, de la Fédération des Enfants déracinés des DROM © CB
© CB Valérie Andanson, de la Fédération des Enfants déracinés des DROM




1 455 832 695

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play