202 signalements pour radicalisation à caractère terroriste dans les départements d'Outre-mer

société
Arrestation marseille 2012
Image d'illustration : interpellation à Marseille d'une personne suspectée d'appartenir à un groupuscule radical islamique. ©GERARD JULIEN / AFP
Créé en 2015, le fichier national de traitement des personnes signalées pour radicalisation à caractère terroriste regroupe à ce jour 16.000 individus. Dans les cinq départements d'Outre-mer, on compte 202 signalements pour radicalisation. La Réunion en totalise 142 à elle seule.
C'est le quotidien Le Monde (lien pour abonnés) qui s'est procuré les dernières données du fichier de traitement des signalés pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Les signalements proviennent de deux sources différentes : les services de l'Etat (police, éducation nationale) et les signalements effectués via le numéro vert mis en place en avril 2014 pour permettre le signalement des personnes radicalisées.

202 cas de radicalisation dans les DOM

Les données recueillies montrent que La Réunion est le département qui compte le plus de cas de radicalisation dans les DOM, avec 142 signalements. Suivent la Guadeloupe (25), la Martinique 517), Mayotte (13) et la Guyane (5).
Nombre de signalements pour radicalisation pour les départements d'Outre-mer (mars 2017) Source :   fichier de traitement des signalés pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT)
Create your own infographics


Par rapport à la moyenne nationale

Afin de permettre une évaluation par département, Le Monde a rapporté le nombre de cas de radicalisation par rapport à la population de chaque département. Avec ce critère, le département, au plan national, qui compte le taux de radicalisation le plus fort est la Seine-Saint-Denis (56 signalements pour 100.000 habitants) devant le Val-de-Marne (42 cas) et les Hauts-de-Seine (40 cas). Selon ce critère, voici les chiffres pour les DOM :

  • La Réunion : 16,8 signalements pour 100.000 habitants
  • Guadeloupe : 6,2 signalements pour 100.000 habitants
  • Mayotte : 6,1 signalements pour 100.000 habitants
  • Martinique : 4,4 signalements pour 100.000 habitants
  • Guyane : 2 signalements pour 100.000 habitants
Les DOM sont parmi les départements français qui comptent les taux de signalements de radicalisation les plus faibles.