Affaire Andy Brigitte : le meurtrier déclaré irresponsable pénalement

justice
Cour d'Appel de Paris
Cour d'Appel de Paris ©Philippe LOPEZ / AFP
La chambre d’instruction de la Cour d’appel a rendu sa décision ce jeudi 2 juillet : l’auteur du meurtre en janvier 2018 du Martiniquais Andy Brigitte a été déclaré irresponsable pénalement.
Christian Ingondo ne pourra pas être jugé pour le meurtre du Martiniquais Andy Brigitte. Une décision prévisible de la chambre d’instruction de la Cour d’appel de Paris à laquelle la famille de la victime s’était préparée.

Monsieur Ingondo a été déclaré irresponsable pénalement en raison de l’abolition de son discernement au moment des faits”, explique à Outre-mer la 1ère Maître Jean-Claude Durimel, avocat de Karine Brigitte, la tante d’Andy. 
 

Abolition du discernement

La mère du jeune homme, infirmière au CHU de Fort-de-France, a pu assister à la précédente audience, le 5 juin, par visioconférence.

Un expert psychiatre avait alors expliqué que l’accusé se sentait “en guerre depuis les attentats commis à Paris" et qu’il avait eu une abolition du discernement au moment du meurtre. Une expertise dont la maman doute encore.

A lire aussi : Meurtre du Martiniquais Andy Brigitte : décision judiciaire le 2 juillet prochain
 

Obligation de soins

Le 12 janvier 2018, Andy Brigitte, 22 ans, a été poignardé à mort à la station RER de Châtelet-Les-Halles. L’auteur de ces coups de couteaux a rapidement été interpellé, placé en garde à vue puis hospitalisé à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police.

Lors de l’agression, des passagers ont filmé l’agonie du jeune homme. Un voyeurisme qui avait alors considérablement choqué l’opinion publique.

Si Christian Ingondo ne peut pas être jugé pour ce meurtre, la Cour a toutefois ordonné son hospitalisation en soins psychiatrique, nous rapporte Maître Jean-Claude Durimel. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live