Air France prévoit pour mardi "près de 80%" de ses vols et 27% de pilotes grévistes

social
Deux hôtesses d'Air France mises en examen pour trafic de stupéfiants
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Air France "prévoit d'assurer près de 80% de ses vols" mardi, au dernier jour d'une grève qui mobilisera "27% de pilotes", indique aujourd'hui la compagnie, les syndicats appelant à défendre l'emploi et les conditions de rémunérations. 
Air France anticipe 85% de vols long-courriers, 80% de vols intérieurs et 75% de vols moyen-courriers de et vers Roissy Charles-de-Gaulle, sans exclure "des annulations et des retards de dernière minute", détaille la compagnie aérienne dans un communiqué. Ces prévisions sont similaires depuis le début de la grève samedi. Le taux de grévistes est inchangé depuis dimanche.
  

Rencontre avec les syndicats              

La grève menée par le SNPL, syndicat de pilotes majoritaire à Air France, le Spaf (deuxième) et Alter (non représentatif) doit se terminer mardi à 23H59, mais les syndicats se rencontrent lundi après-midi pour décider des suites. Air France "prévoit d'assurer l'ensemble de son programme de vols" mercredi, précise le communiqué qui fait état de possibles "perturbations ponctuelles".

Les pilotes grévistes demande des garanties

Pour lundi, la compagnie tricolore opérera "79% de ses vols", précise-t-elle. Comme depuis le début du mouvement, le réseau moyen-courrier est le plus touché (72% de vols maintenus de et vers Roissy CDG), devant les destinations intérieures et long-courriers (85% des vols assurés).
               
Les pilotes grévistes s'opposent au changement de certaines règles de calcul de leur rémunération, décidé par la direction au 1er juin, et réclament des garanties sur la pérennité d'Air France, menacée selon leurs représentants par le développement des autres filiales du groupe Air France-KLM (Transavia, Hop et KLM).

Des milliers de SMS envoyés                 

Les syndicats appellent leur direction à "protéger la compagnie" française et "ne demandent pas d'augmenter les salaires, mais plutôt qu'ils ne baissent pas", résume auprès de l'AFP Grégoire Aplincourt, président du Spaf. "On devrait être autour d'une table pour négocier", or "la compagnie axe tout
sur la culpabilisation des pilotes et s'enferme dans une posture
", commente Emmanuel Mistrali, porte-parole du SNPL.
               
Dans le communiqué, Air France "regrette" le mouvement social et assure avoir envoyé depuis jeudi "640.000 SMS et messages" pour informer ses clients "individuellement et en temps réel".