Archives d’Outre-mer - Présidentielle 2007 : la mise en place du vote anticipé le samedi dans certains territoires ultramarins

élections
Bureau de vote Martinique 2007
Électeurs de Fort-de-France en Martinique votant le 22 avril 2007 à l'élection présidentielle ©WILFRID TEREAU / AFP
Depuis plusieurs décennies, l'idée d'un vote anticipé à l'élection présidentielle dans certains territoires d'Outre-mer fait débat. Mais ce n'est qu'en 2007 que pour la première fois aux Antilles, en Guyane, en Polynésie et à Saint-Pierre et Miquelon les électeurs votent avec un jour d'avance. Malgré les réticences de certaines communautés religieuses, ce dispositif est très bien accueilli par les électeurs concernés.

Depuis des années, de nombreux parlementaires manifestent leur préoccupation face aux effets induits les jours de scrutins par le décalage horaire qui existe entre les collectivités de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane, de Saint-Pierre-et-Miquelon, de Polynésie française et la métropole.

En effet, alors que les bureaux de vote de l'Hexagone sont fermés et que les résultats sont connus, les électeurs de ces collectivités sont encore en train de voter.

Ainsi, à l'heure des premières estimations et de la diffusion des résultats partiels en métropole, à 20 heures, il n'est que 14 heures ou 15 heures en Guadeloupe et Martinique, et en Polynésie les bureaux de vote ouvrent alors que ceux de l'Hexagone et de la Corse ferment.

Cet état de fait serait de nature à accroître le niveau d'abstention, voire à influencer la sincérité du vote dans le cas de scrutins nationaux comme l'élection présidentielle, l'élection européenne et les élections législatives. 

  • En 1989, Bernard Pons dépose une proposition de loi constitutionnelle afin d'avancer en Outre-mer l'élection présidentielle au samedi. 
  • En avril 2002, Philippe Chaulet propose une loi visant à avancer le second tour des élections législatives au deuxième samedi suivant le premier tour.
  • En août 2002, Gabrielle Louis-Carabin et de Joël Beaugendre font une proposition de loi constitutionnelle visant à faire avancer l'élection présidentielle au samedi.             

2006 : Adoption du projet de loi 

C'est finalement en 2006, que la proposition se concrétise. C'est sans grande difficulté que les députés (hors communistes et socialistes) adoptent en première lecture le projet de loi relatif à l'élection présidentielle. Le texte prévoit le vote anticipé pour certains territoires d'Outre-mer dans l'espoir de faire baisser le taux d'abstention. Lors de la présidentielle de 2002, la divulgation des résultats métropolitains alors que les électeurs votaient toujours aux Antilles avaient, selon certains, démobilisé la population.

On a jamais réussi à établir une corrélation entre le taux d'abstention et les modalités même du vote, le seul lien qu'il y ait c'est entre participation et intérêt du vote. Hors, l'élection présidentielle est celle qui intéresse le plus les français, chaque vote compte qu'on soit en Métropole, Outre-mer ou à l'étranger.

Didier Maus, professeur de droit constitutionnel

Revivez le vote à l'Assemblée Nationale avec ce reportage de Suzel Danet diffusé sur France Ô le 22/03/2006 : 

©la1ere

Réactions en Guyane quelques jours avant la présidentielle

Suite au nouveau dispositif, en 2007, pour la première fois, la Guyane s'apprête à voter le samedi au lieu du dimanche. D'après les témoignages recueillis sur le marché de Cayenne, la population semble se réjouir de ce vote anticipé.

Comme on est un petit département et que nos voix ne comptaient pas pour la Métropole on avait l'impression qu'on avait pas besoin de nous pour connaitre le président de la République.

Habitante de Cayenne

Regardez ce reportage INA diffusé le 16 avril 2007 sur France 3 de RFO Guyane :

©la1ere

Le 21 avril 2007  

Á Saint-Pierre et Miquelon, le samedi 21 avril 2007, c'est Yann Bouteiller qui est le premier français à voter par anticipation. C'est une fierté pour lui d'accomplir son devoir électoral.

Le vote le samedi est salué dans tous les territoires concernés par les électeurs interrogés.

Revivez ce moment avec ce reportage de Marie Hélène Tichoux diffusé sur France 3 le 21/04/2007 : 

©la1ere

Le mécontentement de certaines communautés religieuses 

Mais ce vote anticipé le samedi est contesté par certaines communautés religieuses. À Fort-de-France en Martinique, la communauté adventiste estime avoir été pénalisée par le vote anticipé. Pour elle, la journée du samedi doit être entièrement consacrée à l'activité spirituelle. Même réaction de la communauté juive de Martinique qui explique que le vote est impossible le samedi, jour du Shabbat.

Ecoutez quelques unes leurs réactions avec ce reportage diffusé le 24/04/2007 sur France 3 :  

©la1ere

Sursaut de participation inédit

La présidentielle de 2007 est marquée par une participation record au niveau national (83,8% au premier tour et 84% au second tour).

L'Outre-mer n'échappe pas à ce vent de civisme. Difficile d'établir un lien direct entre la mise en place du vote décalé et l'envol du taux de participation. Les chiffres sont malgré tout éloquent.

Ainsi le taux de participation pour le second tour à la Présidentielle est en nette hausse entre 2002 et 2007 dans le territoires concernés par le vote anticipé : 

  • Guadeloupe : 65,4% en 2007 contre 38,8% en 2002
  • Martinique  : 65,7% en 2007 contre 45,1% en 2002
  • Guyane : 63,4% contre 45% en 2002
  • Saint Pierre et Miquelon : 74,8% contre 69% en 2002
  • Polynésie : 74,6% en 2007 contre 55,4% en 2002