publicité

[Archives d'Outre-mer] Le combat des "chatouilleuses" de Mayotte

A l'occasion de la journée de la femme, le 8 mars prochain, la1ère revient cette semaine sur le combat des "chatouilleuses" de Mayotte. Dans les années soixante, ces femmes mahoraises se sont battues pour que leur archipel reste français

© La1ère
© La1ère
  • Annabelle Auberdon
  • Publié le
Les femmes ont joué un rôle important dans le combat pour le maintien de Mayotte dans la République française dans les années 1960 et 1970. Lorsque les Comores ont voulu obtenir leur indépendance et déplacer la capitale de l'archipel à Moroni, les femmes Mahoraises se sont battues pour réduire l'influence des autres îles de l'archipel des Comores sur Mayotte.

Des chatouilles aux dignitaires comoriens 

Plusieurs centaines d’entre elles, organisées en commandos et menées par Zéna M’déré et Zaïna Meresse, ont pris pour cible des dignitaires comoriens de passage sur l’île en leur faisant des chatouilles. Ce geste, amusant en apparence, n'en provoque pas moins des tensions, jusqu'au drame du 13 octobre 1969. Ce jour-là, la Chatouilleuse, Zakia Madi est tuée lors d'un affrontement entre partisans et adversaires de l'indépendance.

Le combat de ces "sorodas" (soldat en comorien) a compté lors des référendums de décembre 1974 et février 1976, quand les Mahorais ont décidé de rester Français.

L'hommage de la mairie de Bouéni à ses "soradas"

Le 8 mars 2013, la mairie de Bouéni a rendu hommage à ces figures emblématiques de l’île dans le cadre de la semaine dédiée à la femme. L’occasion de revoir des images fortes du combat des chatouilleuses dans les années 60. Regardez le reportage de Laëtitia Muraccioli de Mayotte 1ère:  

Les chatouilleuses de Mayotte



Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play