Billets d’avion pour les étudiants ultramarins : à quel tarif ?

coronavirus
quatorzaine ultramarins
Des jeunes accueillis à l'hôtel, le 16 mai 2020. ©Mickael Bastide
Le ministère des Outre-mer avait annoncé le 17 mai avoir négocié des tarifs spéciaux avec Air France pour les étudiants ultramarins souhaitant regagner leurs départements. Mais pour certains, le tarif payé est finalement plus élevé que celui qui était annoncé. Explication.
Dans une vidéo publiée le 17 mai, la ministre des Outre-mer Annick Girardin annonçait la mise en place de tarifs spéciaux pour permettre aux étudiants ultramarins actuellement dans l’Hexagone de retourner chez eux. Pour les Antilles, l’aller-simple avec Air France est au prix de 342 euros ; 414 euros pour la Guyane avec la même compagnie et 460 euros pour la Réunion avec Air France et Air Austral.

Cependant, des étudiants antillais ont eu la surprise de voir la facture de leur billet d’avion s’élever à 450 euros. C’est le cas de Lindsay Touloucanon. Actuellement en quarantaine dans un hôtel à proximité de l'aéroport de Roissy, elle doit décoller pour la Guadeloupe le 28 mai.
  

Deux semaines dans le flou

Le 11 mai, elle a reçu un mail de la cellule accompagnement retour étudiants du ministère des Outre-mer, lui demandant de confirmer sa candidature pour effectuer sa quarantaine dans l’Hexagone avant son retour en Guadeloupe. Le mail stipule qu’il “faudra préalablement vous acquitter du billet d’avion dont le prix sera d'un ordre de grandeur de 550 €”, sans préciser si c’est le prix d’un aller simple ou d’un aller-retour.

Elle a entamé sa quarantaine à Roissy le 14 mai, sans avoir de billet retour en sa possession. Le 17 mai, le ministère négocie des tarifs pour les étudiants avec Air France, ce qui donne un aller-simple à destination de Fort-de-France et Pointe-à-Pitre à 342 euros. L’annonce précise que les réservations pour ces tarifs seraient ouvertes dès le lendemain.
 

Le 20 mai, Lindsay reçoit un mail de LADOM joint d’un formulaire d’autorisation de débit, afin de régler le montant de son billet d’avion. Elle doit décoller pour la Guadeloupe le 28 mai. Cependant, le prix demandé est de 450 euros, soit 108 euros de plus que le prix annoncé par le ministère trois jours plus tôt. “Selon Outre-mer Solidaires, c’est parce qu’on a deux bagages enregistrés que le billet est plus cher”, détaille l’étudiante.

Contacté par Outre-mer la 1ère, le ministère des Outre-mer précise de sont côté que les tarifs négociés par le ministère des Outre-mer ne s’appliqueront qu’à partir du 1er juin.
  

“J’ai eu mon billet d’avion deux jours avant le départ”

Au delà de l'incertitude concernant le prix de son billet d’avion, l’étudiante a dû prendre son mal en patience avant d’obtenir le précieux sésame. “Pour le paiement, c’était un peu compliqué et pas du tout sécurisé”, affirme-t-elle. Certains étudiants n’ont pas voulu passer par le formulaire d’autorisation de débit et ont dû procéder autrement. Elle a finalement achevé les démarches le 25 mai, par paiement bancaire, avant de recevoir, enfin, son billet d’avion.
 

Une autre étudiante a vécu la même mésaventure

Erika Genelan, une de ces étudiantes en quarantaine à Roissy, doit elle aussi regagner la Guadeloupe le 28 Mai. Pour elle non plus, le dispositif mis en place n’est pas forcément satisfaisant. Ecoutez le reportage de Celia Clery, France Ô la radio :

Reportage Erika Genelan