Bretagne : enquête ouverte après la mort d'un homme de 26 ans lors d'un stage de survie organisé par un Polynésien

faits divers
Oenanthe safranée
Selon les premiers éléments de l'enquête, le jeune homme décédé aurait ingéré de l'œnanthe safranée, une plante extrêmement toxique. ©Leemage via AFP
Un jeune homme de 26 ans est mort en Bretagne, après avoir ingéré une plante toxique lors d'un stage de survie. L'organisateur, John Malardé, un ancien militaire originaire de Polynésie, a été mis en examen, pour homicide involontaire notamment.
Un stage de survie qui tourne au drame. Le 11 août, Ulysse, un Parisien de 26 ans, est décédé au CHU de Lorient après avoir passé trois jours dans le coma. Il venait de participer à un stage de survie de 72 heures dans le Morbihan.

Un séjour organisé par la société Aïto Survivor et supervisé par John Malardé, un Polynésien de 48 ans. Ce père de famille a été mis en examen le 14 août pour homicide involontaire, blessures involontaires, faux et usages de faux et détention illégale d'armes. Il a également été placé en détention provisoire. D'après les premiers éléments de l'enquête, l'ancien militaire n'avait pas les qualifications requises pour mener un séjour de ce type.  
 

Huit personnes intoxiquées

La justice cherche désormais à comprendre ce qui a pu se passer le 8 août, dans le bois de la commune de Kervignac, à quelques kilomètres de Lorient. Vers 23h30, les gendarmes sont appelés sur place. "Sur les douze participants, huit présentaient des symptômes d'intoxication alimentaire, caractérisés principalement par des vomissements", précise le vice-procureur de Lorient, Michaël Giraudet, dans un communiqué. "Un des participants était en arrêt cardio-respiratoire". Sept des huit personnes, "dont un enfant", ont alors été conduites aux urgences. Tous sont repartis le lendemain, sauf Ulysse, qui décède trois jours plus tard. 
 

"Quand on ne connaît pas, on ne touche pas"

Quelques heures avant la mort du jeune homme, John Malardé se défaussait de toute responsabilité dans les colonnes de Ouest-France : "Ulysse [...] a commis une erreur en ingérant cette plante que je n'avais pas autorisée et en la cuisinant pour d'autres." "Quand on ne connaît pas, on ne touche pas."

La plante en question pourrait être l'œnanthe safranée, une plante extrêmement toxique mais très répandue en France, notamment près des cours d'eau. Cette plante cousine de la cigüe, mortelle même à faible dose, est reconnaissable à ses petites fleurs blanches et ses tubercules dont s'écoule un liquide jaune-orangé lorsqu'on les coupe. Les participants du stage pourraient avoir confondu cette plante avec une carotte sauvage. Une théorie étayée par un participant qui dément les propos de l'organisateur :

John Malardé a désigné cette plante comme étant de la carotte sauvage comestible. Nous l’avons cuisinée devant lui. Nous avons tous été très malades, hospitalisés. Tous victimes de vomissements, de troubles de la vue, de paralysie, perte de conscience… C’était violent. Malheureusement, un jeune de 26 ans en a mangé plus que les autres. Nous nous en sommes tous mieux sortis. Pas lui.

 

Enquête ouverte

Une enquête est en cours "afin de préciser le déroulement de la soirée et déterminer les éventuelles responsabilités", précise le parquet de Lorient. Des "investigations médico-légales" sont également en cours, "aux fins de savoir si l'intoxication à l'œnanthe safranée est la cause unique ou l'une des causes des symptômes constatés". 

La société de John Malardé, ouverte en 2015, organisait cet été une dizaine de stages de survie à travers la France. Une reconversion après 24 ans passés dans l'armée de Terre, avec des interventions dans des zones de guerre de l'Afrique au Moyent-Orient. Lors des stages organisés à Kervignac, les participants doivent construire une cabane avec pour seuls outils ce que peuvent fournir les bois.