Ce que l’on sait du plan de relance européen et de ses conséquences pour les Outre-mer

europe
Emmanuel Macron et Angela Merkel à la fin du sommet européen le 21 juillet 2020
Emmanuel Macron et Angela Merkel à la fin du sommet européen le 21 juillet 2020 ©JOHN THYS / POOL / AFP
Les 27 dirigeants de l’Union européenne ont conclu un accord qualifié par Emmanuel Macron "d’historique" pour relancer l’économie de l’UE. En quoi cet accord concerne les Outre-mer ?
Ce plan d’un montant de 750 milliards d’euros a été approuvé par les 27 pays composant l’Union européenne au terme de cinq jours intenses de négociations opposant les pays dits "frugaux" - en particulier les Pays-Bas - à l’Allemagne et la France faisant front commun. A 5h31 précise du matin, Charles Michel, le président du conseil européen a ainsi tweeté :  

Un fonds de 750 milliards

Pour soutenir l’économie européenne confrontée à une crise inédite causée par l’épidémie de Covid-19, un fonds de 750 milliards d’euros a donc été acté. Il se compose de 390 milliards de subventions, alloués aux Etats les plus frappés par la pandémie et 360 milliards d’euros de prêts.

Interviewé mardi soir par TF1 sur cet accord européen, Emmanuel Macron a précisé que la France touchera 40 milliards d’euros. Elle sera le troisième pays bénéficiaire après l’Italie et l’Espagne. Cela correspond à 40% des dépenses du plan de relance français évalué à 100 milliards d’euros, a-t-il précisé. Ce plan de relance sera présenté au conseil des ministres de la rentrée, le 24 août prochain.

Le président de la République a aussi précisé que ce budget européen permettra de "financer nos régions, et en particulier nos régions ultramarines".

Ce plan de relance européen est adossé au budget à long terme de l'UE (2021-2027). Ce budget se monte à 1 074 milliards d'euros, soit environ 154 milliards d'euros par an.
 

Allocation pour les RUP

La veille, lundi 20 juillet, Sébastien Lecornu avait précisé que la France avait porté dans ce débat autour de cet accord de relance européen "des demandes spécifiques pour les Outre-mer" qui ont été "entendues".
 
L’allocation pour les régions ultrapériphériques (Martinique, Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Mayotte et Saint-Martin) est passée  de 1928 millions d’euros  contre 1400 millions d’euros dans le précédent compromis. Ces sommes permettront selon le ministre de "financer des projets d’infrastructures et de formation dans les RUP".

 

Une enveloppe pour les territoires d'Outre-mer

Dans un communiqué, le ministère des Outre-mer précise que dans le cadre de ces négociations de Bruxelles, "l'enveloppe allouée aux pays et territoires d'Outre-mer (Nouvelle-Calédonie, Polynésie, Wallis-et-Futuna, Saint-Pierre et Miquelon, Saint-Barthélémy et les Terres australes et antarctiques françaises) s'élève à 444 millions d'euros. La part territorialisée de cette enveloppe augmente de 4% en euros par rapport au budget 2014-2020"

Enfin, le ministère des Outre-mer ajoute dans son communiqué que "pour la première fois dans l'histoire européenne, le budget est lié aux objectifs climatiques : aucun projet qui dégrade le climat ne peut être soutenu et 30% des fonds sont réservés pour la transition écologique".

Les Outre-mer en continu
Accéder au live