Concours de l’Arbre de l’année 2022 : deux arbres ultramarins toujours en lice

nature
Ficus ( Guadeloupe) en bas. Iroko ( Réunion).
En bas, Ficus de Guadeloupe (Philippe Outier). À droite et en haut, Iroko de la Réunion ( Alissoutin) - nominés pour le Concours de l'Arbre de l'Année 2022 ©Alissoutin/ Philippe Outier - Concours de l'Arbre de l'Année 2022
Comme chaque année, 150 arbres issus des régions françaises sont présentés au concours de l’Arbre de l’Année. Après sélection par un jury composé, entre autres, de l’ONF ou du magazine Terre Sauvage, 14 végétaux sont retenus. Parmi eux, le Ficus de la Guadeloupe et l’Iroko de La Réunion, toujours dans la course, n’attendent plus que votre vote.

Les 14 arbres sélectionnés par le jury sont tous soumis au suffrage du public. Il suffit de voter sur le site internet du concours pour son arbre favori.

Ce mardi matin la Guadeloupe comptabilise 433 votes et La Réunion 29, l’appel à voter se poursuit jusqu’à début janvier.

Des végétaux impressionnants

Du haut de ses 12 mètres, le Ficus, présent à Jarry en Guadeloupe, accompagne depuis 1980 les jeunes volontaires du régiment du SMA de Guadeloupe et de Saint-Martin (Service Militaire Adapté). Se reflétant sur la mare de la base militaire, ses cinq troncs se multiplient et agrandissent la portée de son feuillage le rendant très imposant.

La Réunion est, elle, représentée par un Iroko de 25 mètres, un arbre africain implanté aux Jardins de l’Etat à Saint-Denis. Atteignant jusqu’à 50 mètres au Bénin, l’iroko est un arbre sacré dans la culture béninoise et est utilisé au profit de la médecine traditionnelle.

Tous deux, comme chacun des arbres retenus, s’inscrivent dans l’histoire et participent à la diversité végétale des régions françaises. Si certains concurrents sont plantés depuis le XVIIIᵉ siècle comme le Platane Babaud en Bourgogne-Franche-Comté, d’autres sont âgés d’à peine 50 ans (Noyer en Normandie).

Le Hêtre pleureur des Hauts-De-France, quant à lui, domine provisoirement le classement avec 1343 votes. Classés 7ᵉ et  14ᵉ, le ficus bais-mahaultien et l’Iroko dionysien ont jusqu’au 4 janvier 18 heures pour se hisser le plus haut possible dans le classement.

À la clé, deux distinctions seront attribuées lors d’une cérémonie organisée à Paris. Le Prix du Public 2022 sera révélé par le jury et le Prix Coup de Cœur sera, lui, remis par l’entreprise l’Arbre Vert.