Coronavirus : Annick Girardin promet un doublement du nombre de lits de réanimation dans les Outre-mer

coronavirus
girardin 10 avrl
L'avis du conseil scientifique concernant la lutte contre l'épidémie de coronavirus dans les Outre-mer a été rendu. Annick Girardin, ministre des Outre-mer, a fait le point sur les recommandations et les mesures.
La ministre des Outre-mer Annick Girardin s'est exprimée ce vendredi 10 avril à propos de  l'avis du conseil scientifique concernant les territoires d'Outre-mer. Composé de 11 experts de disciplines complémentaires, le conseil doit permettre d'éclairer les décisions en matière de lutte contre l'épidémie de Covid-19 en France. 

Depuis sa création le 11 mars, il avait notamment conseillé de restreindre "au strict minimum" les liaisons aériennes entre l'Hexagone et les territoires ultramarins afin de limiter la propagation du virus. 

Neuf territoires sont touchés en Outre-mer avec 1056 cas avérés et 18 décès. Seul Wallis et Futuna est épargné. Le confinement est en place et certains territoires ont également instauré des couvre-feux. C'est le cas notamment en Polynésie, en Guyane, à Mayotte et aux Antilles.

Regardez dans son intégralité l'intervention d'Annick Girardin qui était diffusée en direct sur notre page Facebook :


Les principales déclarations de la ministre des Outre-mer

La ministre des Outre-mer a d'abord fait le point sur l'avancée du Mistral et du Dixmude, les deux porte-hélicoptères envoyés Outre-mer et la mobilisation de la réserve sanitaire dans certains territoires.

►"Le débat sur la disponibilité des masques et des tests doit avoir lieu, mais la polémique ne fera pas avancer les choses", estime la ministre.

►"Le conseil scientifique conseille, mais ne décide pas. J'ai reçu leur avis le 8 avril, je remercie ces scientifiques. Que disent les scientifiques ? Que les Outre-mer sont frappés par l'épidémie avec un décalage de plusieurs semaines dans le temps. Pourtant le confinement a été décrété le 17 mars, au même moment que dans l'Hexagone. Nous avons donc une avance et il faut la garder. Cet avis nous conforte dans notre stratégie. Les mesures prises, en particulier le confinement, ont d'ores et déjà un impact positif. "

►"Les mesures prises doivent être adaptées à chaque territoire. C'est le message que je passe régulièrement aux élus et aux préfets."

►"Je retiens deux annonces fortes de cet avis qui vont modifier en profondeur notre manière de procéder : tous les arrivants dans les Outre-mer sont placés en quatorzaine et ils seront désormais testés à l'issue de la quatorzaine. Tout cas symptomatique sera désormais testé et une proposition d'isolement sera faite dans une structure dédiée. "

►"Les scientifiques nous disent de tester. Nous ferons le maximum. L'ensemble des territoires vont être équipés en capacité de tests nécessaires.

►"Pour Mayotte, ce rapport met en avant la fragilité sociale et sociétale du territoire. Des structures extra-hospitalières vont pouvoir accueillir les malades."

►"Nous allons aller vers un doublement de la capacité des lits en réanimation dans les territoires d'Outre-mer. Au niveau national, on compte un lit de réanimation pour 5400 habitants. Nous serons Outre-mer dans le même ratio. Je souhaite la transparence." La ministre a fait le point pour chaque territoire sur le nombre de malades et la capacité actuelle et future en réanimation : "Il y a aujourd'hui 141 personnes hospitalisées dans les Outre-mer. 42 cas sont en réanimation. Pour une capacité totale de 500 lits."

► "Grâce au confinement, nous sommes encore loin d'une saturation du système hospitalier"

►"Rien n'est gagné, le danger est toujours présent. Je voudrais vous encourager à continuer à limiter les contacts. Rien n'est gagné mais nous avons aujourd'hui quelques raisons d'être positifs."