Coronavirus : en Guyane, le Grand conseil coutumier inquiet après la découverte d'un nouveau foyer infectieux

coronavirus ouest guyanais
Grand-Santi
L'entrée du bourg de Grand-Santi ©Nikerson Perdius
Le coronavirus a "touché sévèrement nos communautés", a déploré mercredi le Grand conseil coutumier (GCC) des populations amérindiennes et bushinenge de Guyane après le décès lundi d'un Amérindien de 70 ans et alors qu'un nouveau foyer infectieux, dans la communauté bushinenge, a été découvert.
Mercredi 22 avril, la préfecture a indiqué avoir repéré un nouveau foyer de coronavirus, sur plusieurs personnes "résidant dans un écart (hameau isolé, ndlr) de Grand-Santi", au sein de la communauté bushinenguée. "Neuf d'entre elles sont positives. Il s'agit de personnes proches d'un patient de Saint-Laurent du Maroni déclaré positif dimanche dernier", a précisé la préfecture dans un communiqué.
 
Avant les résultats, "le Kampoe (hameau isolé bushinengué, ndlr) a été mis en confinement, afin d'éviter une éventuelle diffusion du virus dans les villages alentour. Les résultats positifs du jour vont conduire à maintenir ce confinement pendant toute la période de contagiosité des habitants concernés", a expliqué la préfecture.
 

Un mort originaire du village amérindien de Cécilia

Celle-ci a déjà placé le 9 avril en "quarantaine" un autre village, le village amérindien de Cécilia (277 habitants) dans la commune de Matoury, identifié comme "foyer épidémique" avec 20 cas enregistrés mi-avril, selon des sources concordantes.
 
Un septuagénaire originaire de Cécilia est décédé lundi. Il s'agit du premier mort du coronavirus en Guyane, selon les autorités guyanaises.
 

Inégalités accrues

À ce décès "s'ajoutent les inégalités sociales, infrastructurelles et sanitaires, qui s'intensifient et se révèlent avec les mesures de confinement", a estimé dans un communiqué le grand conseil coutumier qui note que "la manière dont nos villages sont organisés, nos modes de vie et nos façons d'interagir facilitent et accélèrent potentiellement la propagation du virus". 

Les habitants de Grand-Santi sont à deux heures voire 5 cinq heures en pirogue (en saison sèche) du premier centre hospitalier. Il n’y a sur site et ce pour tous les écarts avoisinant, qu’un centre délocalisé de prévention et de soins. Pour toute urgence, les évacuations sanitaires par les airs restent la seule alternative. 
Guyane la 1ère

 

Adapter le protocole au mode coutumier

Afin d'empêcher une éventuelle contamination entre les villages autochtones de la périphérie de Cayenne, les chefs des trois villages proches du village de Cécilia ont décidé de réglementer les allées et venues de leurs villages et d'interdire l'entrée aux personnes extérieures.

Reportage de Guyane la 1ère sur les actions menées par le Grand conseil coutumier pour sensibiliser les populations amérindiennes sur les actions à mener durant la crise sanitaire :
"Notre volonté est de contribuer à la gestion de la crise sanitaire du Covid-19,(...) notre objectif est de travailler avec l'agence régionale de santé à l'écriture d'un protocole adapté au mode coutumier, car nous avons nos propres codes", a expliqué à l'AFP Sylvio Van der Pijl, le président du GCC. Le Grand Conseil Coutumier qa également condamné "de véritables chasses à l’homme" lancées à la suite de la découverte du foyer épidémique de Grand Santi. Il appelle à l'humanité et à la solidarité.