Coronavirus : Mayotte en rouge, les autres DROM en vert sur la carte provisoire du déconfinement

coronavirus
coronavirus
Dans la première version de la carte du déconfinement, Mayotte est classé rouge, tous les autres territoires sont en vert.
Le ministère de la Santé a dévoilé une première carte de France de la mise en œuvre du déconfinement à compter du 11 mai. Les mesures seront plus largement assouplies dans les territoires verts : Antilles, Guyane et Réunion. À Mayotte, seul département classé rouge, il faudra être patient.
 
Le Premier ministre a expliqué mardi 28 avril que les "réalités locales" seront prises en considération dans la mise en œuvre du plan de déconfinement qui débutera le 11 mai en France. Une classification géographique en trois couleurs (vert, orange et rouge) a été rendue publique, jeudi 30 avril, par le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon. À terme, les territoires en orange basculeront vers le rouge ou le vert selon l'évolution de la situation localement. 

Cette première version de la carte est amenée à évoluer quotidiennement jusqu’au jeudi 7 mai, date à laquelle la carte sera figée pour la mise en œuvre des premières mesures de sortie du confinement. C’est donc la couleur associée au territoire le 7 mai qui sera prise en compte quatre jours plus tard. 
 

Vert ou rouge ?

►Mayotte : rouge
►La Réunion : vert
►La guyane : vert
►La Martinique : vert
►La Guadeloupe : vert
carte générale
©Santé Publique France

 

Quels sont les critères ?

Deux paramètres ont été pris en considération pour ce classement. Un troisième viendra s'y ajouter dans les jours à venir (la capacité à réaliser des tests et à détecter les personnes qui ont été en contact avec des malades). Un territoire est classé rouge quand au moins un des critères est rouge. 

1 - Le taux de nouveaux cas de contamination dans la population au cours des sept derniers jours
  • Mayotte : 185 nouveaux cas (de 339 cas avérés le 23 avril à 539 le 30 avril)
  • La Réunion : 10 nouveaux cas (de 410 le 22 avril à 420 le 29 avril)
  • Martinique : 8 nouveaux cas (de 170 le 22 avril à 178 le 29 avril)
  • Guadeloupe : 3 nouveaux cas (de 148 le 22 avril à 151 le 29 avril)
  • Guyane : 18 nouveaux cas (de 108 le 22 avril à 126 le 29 avril)
carte 30 avril coronavirus
©Santé Publique France

Concernant ce paramètre, seul le département de Mayotte est classé en rouge. Cela signifie qu'entre 10 et 100% des consultations aux urgences du centre hospitalier sont liées à une suspicion de Covid-19. Tous les autres territoires sont verts : moins de 6% des consultations aux urgences sont liés au virus. 

2 – La tension hospitalière : le nombre de places disponibles à l’hôpital en réanimation ou en soins intensifs
Les Agences régionales de santé donnent quotidiennement les chiffres des hospitalisations. Voici le détail pour ce jeudi 30 avril : 
  • Mayotte : 34 personnes hospitalisées dont quatre patients en réanimation
  • La Réunion : quatre personnes hospitalisées dont une en réanimation.
  • Martinique : cinq patients hospitalisés, tous en réanimation.
  • Guadeloupe : six patients hospitalisés en réanimation, un en médecine.
  • Guyane : deux personnes hospitalisées, aucune en réanimation
carte tension hospitaliere
©Santé Publique France

À ce stade, aucun service de réanimation Outre-mer n'est considéré débordé par les cas de Covid-19. Une inquiétude tout de même pour Mayotte où le nombre de contaminations est en forte augmentation et où 60 à 80% de la capacité initiale du service de réanimation est atteinte. Le 101e département est classé orange, les autres sont en vert. Il y a 16 lits de réanimation à Mayotte, cette capacité peut être augmentée à 50, selon le ministère des Outre-mer. 

Le 14 avril, Annick Girardin a, en effet, listé les capacités d'accueil en Outre-mer. En Guadeloupe et dans les Îles du Nord, le nombre de places en réanimation est passé de 33 à 43, Annick Girardin affirmant pouvoir proposer "jusqu'à 75 lits, si besoin". En Martinique, il y avait initialement 44 lits, puis 46 mi-avril. Un chiffre qui pourra monter jusqu'à 95 si nécessaire. 11 lits étaient ouverts en Guyane avant le crise. La capacité a été portée à 34 lits et pourra être "augmentée jusqu'à 42 lits en fonction des renforts". À La Réunion, la capacité initiale était de 51 lits, elle a été portée à 80 lits et pourra aller "jusqu'à 176 lits si besoin", a promis la ministre.
 

Quid du Pacifique et Saint-Pierre et Miquelon ? 

Ces quatre territoires ne sont pas concernés par la classification du gouvernement et appliquent leurs propres mesures de déconfinement.

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie avait mis en place un confinement général le 24 mars sur le caillou. Il a été partiellement levé le samedi 18 avril. Un nouvel assouplissement est prévu lundi 4 mai : la plupart des activités et des manifestations seront dès lors autorisées. Au total, 18 cas ont été recensés sur le territoire. Aucune contamination n’a été annoncée depuis le 2 avril. Une personne est toujours hospitalisée.

La Polynésie, où 58 cas ont été recensés, a suivi un déconfinement progressif et régionalisé. Lundi 20 avril, les mesures de restriction ont été allégées dans toutes les îles, en dehors de Tahiti et Moorea. Tahiti, l’île la plus peuplée, et sa voisine Moorea ont dû attendre une semaine de plus. Depuis le 29 avril, elles profitent également de l’assouplissement du système : reprise progressive du travail, circulation des personnes sans attestation, réouverture de tous les commerces.

Il n’y a pas eu de restriction de la circulation à Wallis et Futuna qui n’a enregistré aucun cas de Covid-19, à ce stade. L’archipel a restreint l’entrée des personnes sur son territoire.

L'archipel de Saint-Pierre et Miquelon, situé dans l'Atlantique Nord, a entamé un déconfinement progressif lundi 27 avril. Il n'a enregistré à ce stade qu'un seul et unique cas de Covid-19.