Covid-19 : des situations contrastées dans les Outre-mer

coronavirus
Covid-19 : la campagne de vaccination élargie, dès lundi, avec 3 500 doses supplémentaires du vaccin Pfizer
©IPR
Les territoires ultra-marins vivent aujourd'hui des situations contrastées face à l'épidémie de coronavirus. La Polynésie et les Antilles connaissent une explosion de cas, tirés par l'arrivée du variant Delta. La situation est différente en Nouvelle-Calédonie, territoire "Covid-free".

La pandémie de Covid-19 continue se poursuit partout en France. Alors que le variant Delta est majoritaire parmi les nouvelles contaminations au Covid-19, certains territoires d'Outre-mer connaissent un pic de contamination. Campagnes de vaccination, hôpitaux saturés, équipes médicales débordées et taux d'incidence et de mortalité qui grimpent : tour d'horizon de la situation sanitaire Outre-mer.

La pandémie repart à la hausse en Polynésie 

Le coronavirus paraissait avoir presque disparu de la Polynésie entre mars et juillet. Mais avec le variant Delta, il est revenu avec une violence inouïe, saturant le centre hospitalier de Tahiti en un mois. 

Alors que le taux d'incidence atteint 2.731 cas de Covid pour 100.000 habitants, les Polynésiens sont désormais confinés le week-end. Mercredi, 303 personnes étaient hospitalisées, dont 38 en réanimation, et 11 personnes étaient décédés lors des 24 heures précédentes. 

Deux tiers des Polynésiens ne sont pas vaccinés et "98% des patients admis en réanimation" ne le sont pas non plus, selon le Dr Jacques Raynal, ministre de la Santé du gouvernement local.

 

Saturation des hôpitaux en Martinique

 Pour tenter de freiner une épidémie galopante qui se traduit par une explosion des formes graves et une saturation des hôpitaux, le préfet de Martinique a renforcé depuis le 10 août le confinement qui existait déjà dans la journée: les plages sont interdites, les déplacements limités à un kilomètre autour du domicile, et avec une attestation. Un couvre feu est appliqué sur l'ensemble du territoire de 19H00 à 5H00, sauf dérogation. Les commerces non-alimentaires sont fermés, et les touristes, notamment les plus vulnérables, ont été invités à quitter l'île. 

Au 17 août, la Martinique connaissait un taux d'incidence de 1.147 sur 100.000, moins de 20% de la population de 12 ans ou plus était vaccinée.

La Guadeloupe à nouveau confinée 

Confinés, les Guadeloupéens doivent avoir une attestation pour tout déplacement au-delà de 5 km autour de leur domicile, et sont soumis à un couvre-feu de 19H00 à 5H00. 

De plus, à compter de vendredi, "les plages, rivières et cours d'eau" ne seront accessibles que le matin, de 5H00 à 11H00. Il sera donc permis de se baigner, mais "toujours de manière dynamique" et "sans rassemblement", selon la préfecture. Par ailleurs, "la jauge de fréquentation des cérémonies funéraires est abaissée à 25 personnes", précise la même source.

 Au 18 août, la Guadeloupe avait un taux d'incidence de 1.912,3 pour 100.000. Côté vaccination, 20,9% des Guadeloupéens ont un parcours vaccinal complet. 

Couvre-feu à Saint-Barthélemy et Saint-Martin 

Un couvre feu de 22h00 à 5h00 est en vigueur sur les deux îles. Seuls les déplacements pour motif impérieux sont autorisés et doivent être justifiés. 

Seuls 24,5% de Guyanais sont vaccinés

Un couvre feu est en vigueur sur l'ensemble du territoire de 21H00 à 5H00. Le passage des postes de contrôle routier de Régina et Iracoubo n'est possible que pour les personnes ayant un schéma vaccinal complet ou à défaut un motif impérieux.

Le taux d'incidence ressort à 373 pour 100.000 habitants, et 24,5% des Guyanais sont vaccinés. 

Pas de nouvelle contamination à  Saint-Pierre-et-Miquelon  

Dans cet archipel proche du Canada, où 82% de la population de plus de 18 ans a reçu deux doses de vaccin, aucun malade n'est actuellement recensé et les derniers malades étaient des cas isolés. 

Les personnes non vaccinées arrivant sur le territoire par voie aérienne ou maritime sont placées en quarantaine pour une durée de sept jours, suivi d'un nouveau test PCR. 
 

Le variant Delta se propage à Mayotte

Avec un taux d'incidence de seulement 22,2 cas pour 100.000 habitants, l'île est actuellement moins touchée par l'épidémie. Les restrictions ont été assouplies depuis le 20 mai.

Mais les indicateurs ont déjà doublé depuis début août, avec la confirmation de deux cas de variant Delta. Seuls les voyageurs non vaccinés à destination du territoire national, ou de l'Union des Comores restent soumis à l'obligation d'un motif impérieux. Depuis le 9 août, le pass sanitaire s'applique comme pour le reste du pays. 

Confinement et couvre-feu à La Réunion

Après une hausse alarmante des contaminations en juillet, un confinement partiel est en vigueur: seuls les déplacements dans un rayon de 10 km autour du domicile sont autorisés. Le périmètre est réduit à un rayon de 5 km le dimanche. 

De plus, un couvre-feu est fixé de 19H00 à 5H00 depuis le 16 août. Près de 37% de la population totale de la Réunion dispose d'un schéma vaccinal complet. Le taux d'incidence hebdomadaire était à 341,9 pour 100.000 habitants au 17 août. 

Couvre-feu et confinement : des contrôles menés à La Réunion
Des contrôles menés à La Réunion. (Photo d'illustration) ©Imaz Press

La Nouvelle-Calédonie, un territoire “Covid free”

La Nouvelle-Calédonie est un territoire "Covid free". Le virus n'y circulant pas, aucune restriction sanitaire n'est actuellement appliquée sur le territoire après la procédure de sas sanitaire obligatoire. 

Mais le président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie Louis Mapou (indépendantiste) a déclaré mercredi que la vaccination obligatoire de toute la population n'était "plus un sujet tabou", compte tenu des risques du variant Delta. Seulement 28,65% de la population est totalement vaccinée. 

Motifs impérieux entre Wallis et Futuna et l’Hexagone 

L'archipel de Wallis et Futuna, où des premiers cas avaient été détectés début mars, est redevenu un territoire exempt de Covid-19 mi-juillet. 

Tout déplacement entre l'archipel et la France métropolitaine ou toute autre destination que la Nouvelle-Calédonie doit être motivé par un motif impérieux.