Covid-19 : le pass sanitaire s'appliquera en Outre-mer "dans des conditions différentes de la métropole" (Olivier Véran)

coronavirus
pass sanitaire
Un pass sanitaire sous forme de QR Code (image d'illustration) ©Arnaud Le Vu / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Le ministre de la Santé a indiqué à l'Assemblée lors des questions au gouvernement que le pass sanitaire s'appliquera "dans des conditions différentes de la métropole" en Outre-mer. Pour l'heure, le pass n'est pas appliqué dans les territoires ultramarins en état d'urgence sanitaire.

Pas de précisions sur les modalités d'application mais une confirmation : le pass sanitaire sera bien mis en place en Outre-mer... mais différemment. "Quand nous quitterons l'état d'urgence sanitaire, à l'heure du déconfinement, nous adapterons au cas par cas, territoire par territoire, la mise en place du pass sanitaire qui s'appliquera, mais dans des conditions différentes de la métropole", a indiqué ce mardi le ministre la Santé qui répondait à Justine Bénin et Max Mathiasin, députés de Guadeloupe, lors des questions au gouvernement. 

Une éventualité déjà évoquée début août par le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, avec qui Olivier Véran s'est rendu en Martinique après un voyage en Guadeloupe, deux départements durement touchés par la reprise épidémique depuis le mois de juillet. "Nous avons vu de nos yeux ce que voulait dire 'pression hospitalière' dans des territoires ultramarins où la vaccination est bien trop faible", a dit le ministre, rappelant que seul 25 à 30% de la population totale y a reçu au moins une dose.

La réponse d'Olivier Véran :

  
Après avoir rendu hommage, sous les applaudissements des personnes présentes dans l'hémicycle, au "personnel soignant qui œuvre jour et nuit" dans le territoire et aux aides venues de l'Hexagone, la députée MODEM a appelé à "anticiper dès aujourd'hui la sortie" du confinement. "Il nous faut écouter la parole des experts scientifiques qui nous disent que nous sortirons de la crise sanitaire par le vaccin."

La désinformation, le manque de pédagogie, la manipulation sur les réseaux sociaux... des éléments qui poussent à la fracturation, à la peur et à la division de nos sociétés et nous ont fait perdre un temps précieux. Nous ne pouvons pas ajouter de la fracturation aux divisions sociales qui perdurent aujourd'hui. 

Justine Bénin, députée de Guadeloupe

 

La question de Justine Bénin :


Citant des mesures "de plus en plus difficiles, de plus en plus contraignantes", depuis les couvre-feux jusqu'au confinement total, "l'envoi de matériel", "les évacuations sanitaires" et "le déploiement de près de 2000 de nos soignants en un mois", le ministre de la Santé a signalé une diminution de l'incidence épidémique en Outre-mer, mais elle est encore trop "élevée".

En Guadeloupe, l'hôpital reste sous tension et "plus de 200 cas par jour" sont recensés, a précisé l'ARS lors d'un point lundi. "Des dizaines de morts chaque semaine, un système de santé sous pression maximale, telle est la situation aujourd'hui en Guadeloupe", a rappelé Justine Bénin en début de question.

Dans le reste des Outre-mer, une décrue similaire est en cours en Martinique, à La Réunion et en Guyane, mais elle est là aussi trop légère avec des taux d'incidence et de positivité bien trop hauts. Une situation "catastrophique", selon les mots d'Olivier Véran.