Covid-19 : où en est l'épidémie dans les départements d'Outre-mer ?

coronavirus
test covid
©Robert Kneschke
Alors que la France fait face à une 5e vague de contaminations à quelques jours des fêtes de fin d'année, la situation est préoccupante en Martinique, et "à surveiller fortement" à la Réunion, a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran.

Dans les Outre-mer, "la situation actuelle [de l'épidémie] reste assez contrastée : très difficile en Martinique, à surveiller fortement à La Réunion, plus stable dans les autres territoires ultramarins", a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran devant la commission des Affaires sociales et la commission des Lois de l'Assemblée nationale mercredi après-midi.

Alors que l'épidémie est repartie rapidement à la hausse au niveau national, Outre-mer La 1ère fait le point sur l'évolution de l'épidémie dans les départements d'Outre-mer.

Une forte circulation du virus, mais moins importante que dans l'Hexagone

Encore loin du taux national (qui était mardi de 505 cas pour 100 000 habitants), les contaminations en Outre-mer n'en demeurent pas moins importantes. D'après les dernières données de Santé publique France, le Covid-19 circule rapidement à La Réunion (391 cas pour 100 000 habitants au 11 décembre), en Martinique (169 cas pour 100 000) et en Guyane (103 pour 100 000).

En Guadeloupe et à Mayotte, le taux d'incidence est resté stable depuis le 1er novembre, même si l'île antillaise a atteint le seuil d'alerte. D'ailleurs, la dynamique laisse à penser que le virus y circule de plus en plus vite, le nombre de contaminations ayant augmenté de 47 % en une semaine.

Des hôpitaux martiniquais et réunionnais de plus en plus sous pression

Si le ministre de la Santé est particulièrement préoccupé par la Martinique et La Réunion, c'est parce que les hôpitaux de ces deux départements commencent à sentir la pression de la 5e vague, le nombre de personnes hospitalisées pour cause de Covid-19 augmentant petit à petit depuis plusieurs semaines.

La Réunion est particulièrement scrutée, car le variant Omicron, plus contagieux, circule désormais sur le territoire.

Ailleurs, les hôpitaux voient le nombre d'hospitalisations diminuer. Mais le gouvernement reste vigilant. "On sait que la situation peut se dégrader rapidement dans ces territoires", a prévenu Olivier Véran, soulignant des taux de vaccination toujours trop faibles comparés à l'Hexagone, en particulier aux Antilles et en Guyane.

Le ministre a par ailleurs souligné que la situation dans l'Hexagone pouvait compliquer l'envoi de renforts dans les hôpitaux d'Outre-mer :

L'envoi de renfort en Outre-mer se poursuit, mais il est de plus en plus difficile compte tenu de la situation métropolitaine avec, à date, des renforts fortement mobilisés en Martinique, mais également en Guyane, en Polynésie française toujours, ainsi qu'à Saint-Pierre et Miquelon.

Olivier Véran, ministre de la Santé