🎤 Dalfine AHAMADI : les instruments du savoir à Mayotte

Dalfine Ahamadi, autrice de "Quatre petites notes d'amitié"
À la fois comédienne, metteuse en scène et enseignante, elle s’est muée en autrice pour mettre en œuvre "Quatre petits notes d’amitié", un livre pour les enfants. À travers des instruments de musique, l’histoire cultive les thèmes de la rencontre et de la différence. Rendez-vous dans "L’Oreille est hardie" avec Dalfine Ahamadi, jeune femme passionnée qui revient également sur les crises que traverse son pays.

Ces Quatre petites notes d'amitiĂ© se sont tout particulièrement glissĂ©es puis implantĂ©es dans la tĂŞte de Dalfine Ahamadi, avec sa vocation d’enseignante. 
D’abord comĂ©dienne - partie de Mayotte pour Avignon pour y mener ses Ă©tudes en Ă©cole de théâtre - puis saisie par l’amour du savoir et de la transmission de ce savoir, elle concilie ses deux fonctions pour concevoir ce livre pour enfants, Ă  la fois ludique et pĂ©dagogique. 

Retour avec l’intéressée sur la façon dont elle imagine la culture comme vecteur d’enseignements dans son environnement mahorais et sur ce qui a prévalu à la naissance de l’ouvrage Quatre petites notes d'amitié (paru aux éditions Project’îles), dans le podcast L'oreille est hardie :

Histoire de voyager...

Quatre petites notes d’amitiĂ© raconte l’histoire d’un petit garçon en IndonĂ©sie qui parcourt le monde Ă  la recherche d’un instrument qu’un cyclone a emportĂ© loin de chez lui, il en viendra Ă  croiser la route d’autres enfants sur les cĂ´tes africaines, Ă  Madagascar et Ă  Mayotte d’oĂą est originaire Dalfine Ahamadi. 

"Quatre petites notes d'amitié"

Au cours du voyage d’Arif, le petit IndonĂ©sien rencontre d’autres enfants : Astana en Tanzanie, Andala Ă  Madagascar et Alhan Ă  Mayotte. Et Ă  chaque Ă©tape, l’instrument que poursuit Arif s’en trouve transformĂ© : le celempung d’IndonĂ©sie devient en Tanzanie le zĂ©zĂ© ; Ă  Madagascar, il devient le Marovany puis Ă  Mayotte, il s’appelle le dzendze !  

Un voyage initiatique et pĂ©dagogique 

Le cœur de l’histoire créée par Dalfine Ahamadi, c’est la rencontre et la découverte. Et c’est aussi parce qu’il manque d’outils pédagogiques propres à Mayotte et prenant en compte les caractéristiques culturelles de cette partie de l’océan Indien qu’elle a voulu élaborer cet ouvrage.

Dalfine Ahamadi a écrit "Quatre petites notes d'amitié"

L’océan Indien illustré

Outre les mots, il y a aussi les images et la collaboration - Ă  distance - avec Geneviève Marot s’est rĂ©vĂ©lĂ©e prĂ©cieuse. L’illustratrice a vĂ©cu un peu plus d’une dizaine d’annĂ©es Ă  Madagascar et la reprĂ©sentation de la rĂ©gion n’en a Ă©tĂ© que plus facile. Le soin ainsi portĂ© au dessin vient susciter l’éveil de l’intĂ©rĂŞt des enfants pour ce conte fortement ancrĂ© dans l’univers de l’ocĂ©an Indien souhaitĂ© par l’autrice. 

Geneviève Marot a illustré "Quatre petites notes d'amitié"

Écoutez L’Oreille est hardie…

Et Ă©coutez le tĂ©moignage de Dalfine Ahamadi sur les crises que traverse son pays (crise de l'eau, colère de la jeunesse, violences conjuguales...). Plongez avec son livre dans l’ocĂ©an Indien sur les traces du petit Arif. Écoutez combien il est important pour elle, en tant qu’enseignante et artiste, de travailler avec les enfants sur des projets culturels pour mieux les intĂ©resser et les impliquer dans leur enseignement. 
Et apprenez combien Quatre petites notes d’amitié veut aussi remettre au goût du jour tout un pan de la culture oubliée de Mayotte et ses environs. Un livre à mettre entre les mains de tous les enfants.

Retrouvez Dalfine Ahamadi dans L’Oreille est hardie, c’est par ICI !

Ou par lĂ  : 

"Quatre petites notes d’amitiĂ©" de Dalfine Ahamadi et illustrĂ© par Geneviève Marot est publiĂ© aux Ă©ditions Project’îles.