Delgres : "On est à l’aise avec cette étiquette de blues créole. Ça nous va plutôt bien."

musique
Delgrès
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Le trio Delgres s’est produit au Festival Chorus, à Boulogne-Billancourt, dimanche 11 juillet. L’occasion d’évoquer avec Rafgee et Baptiste Brondy, les membres originaires de l'Hexagone du groupe, leur rapport au créole.

Le groupe du Guadeloupéen Pascal Danaë, Delgres, s'est produit dimanche 11 juillet au dernier jour du Festival Chorus, à Boulogne-Billancourt. L’occasion de revenir avec les deux membres métropolitains du trio, Rafgee au sousaphone, et Baptiste Brondy à la batterie, sur leur rapport au créole.

Outremer La 1ère : Quel est votre rapport avec le créole ?

Baptiste Brondy : Ça fait quand même plusieurs années qu’on joue ensemble. Le créole nous est maintenant un peu plus familier. Et moi, je suis de Nantes. L’histoire de l’esclavage me parle. Cela a créé des choses super fortes avec le créole et Pascal.

Rafgee : Je vois ça à travers le prisme musical. Et le principal c’est qu’au moment où je suis rentré dans le groupe, j’ai trouvé que le créole fonctionnait bien avec la musique blues qu’on propose. C’était à la fois une surprise et un plaisir. C’est ce qui a fait le ciment du groupe. On a fait quelque chose qui ne se faisait pas vraiment mais qui marche, qui a une identité et qui est cohérent.

Delgrès

 

Outremer La 1ère : Êtes-vous à l’aise avec cette étiquette de blues créole ?

Baptiste Brondy : On a toujours du mal à classifier la musique de Delgres parce que ça vient de beaucoup d’influences. On vient d’univers différents. Mais ce que l’on fait, c’est le blues de Delgres ; y’en a pas d’autre. C’est quelque chose d’animal avec les mélodies, le créole, le sousaphone, quelque chose de très spécial dans le trio. C’est unique, d’où la difficulté à le classifier.

Rafgee : Maintenant, on est à l’aise avec ce nom de blues créole. Ca nous va plutôt bien.

Baptiste Brondy : C’est nous qui nous sommes étiquetés comme ça. On jouait déjà du blues ensemble, Mo jodi, etc… On s’est dit comment peut-on se démarquer? On est ce qu’on est et ça marche comme ça !

Retrouvez notre reportage au festival Chorus :