publicité

Le député Gabriel Serville alerte le gouvernement sur la situation de la prison de Rémire-Montjoly en Guyane

Lors des questions à l'Assemblée nationale, mercredi 17 janvier, le député de Guyane Gabriel Serville s'est adressé à la ministre de la Justice. "Surpeuplée, vétuste et sous dotée en effectif", il alerte le gouvernement sur la situation du centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly, en Guyane.

Le député de Guyane, Gabriel Serville, à l'Assemblée Nationale. © JACQUES DEMARTHON / AFP
© JACQUES DEMARTHON / AFP Le député de Guyane, Gabriel Serville, à l'Assemblée Nationale.
  • Par Laura Philippon
  • Publié le
Le député de Guyane, Gabriel Serville, s'est adressé à la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, mercredi 17 janvier, à l'Assemblée nationale. Le député demande au gouvernement de mettre fin à la violence et la dégradation des conditions de travail au centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly en Guyane.


Surpeuplée, vétuste, sous dotée en effectifs

Rappelant que "depuis lundi, les personnels de l'administration pénitentiaire se sont mobilisés partout sur le territoire national" pour manifester "leur désarroi face à la dégradation inexorable de leurs conditions de travail", Gabriel Serville a ensuite attiré l'attention du gouvernement sur la situation du centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly.

"Depuis de nombreuses années, les inadmissibles dysfonctionnements sont connus de tous (…). Il faut dire que cette prison surpeuplée, vétuste et manifestement sous dotée en termes d'effectifs défrayent la chronique au rythme des mouvements de grogne sociale, des mutineries, d'agressions contre les surveillants ou entre détenus", a expliqué Gabriel Serville.

L'évasion de trois détenus

Le député guyanais est revenu sur la récente évasion de trois détenus du centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly. "Deux d'entre eux purgeaient des peines de prison pour meurtre. Ils se sont tous simplement échappés en creusant un trou dans le mur de leur cellule", a ajouté Gabriel Serville. "Quelle réponse durable comptez-vous apporter aux personnels en colère qui attendent de vous des gestes forts et davantage d'engagements concrets ?" a-t-il interrogé.

© Guyane1ère
© Guyane1ère

Une prison à Saint-Laurent du Maroni

La garde des Sceaux, Nicole Belloubet lui a répondu que son "attention a été à plusieurs reprises attirée sur le centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly qui souffre d'une très forte surpopulation carcérale". "Je sais également qu'il n'y a pas autant de personnel qu'il devrait y en avoir et c'est une situation qui retient vraiment mon intention. Je vais la regarder avec beaucoup d'appui", a-t-elle ajouté avant de rappeler que des "travaux importants ont été faits au centre pénitentiaire pour permettre d'améliorer les conditions de travail des personnels".

Début des travaux dès 2019 / 2020

La ministre de la Justice a surtout tenu a rappeler la construction prévue "d'un second établissement pénitentiaire en Guyane sur la commune de Saint-Laurent du Maroni". Selon elle, "les travaux pourraient commencer dès 2019 ou 2020".

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play