Dernière phase d’étude avant la possible commercialisation d’un vaccin anti-chikungunya produit par Valneva

chikungunya
Moustique tigre
Le moustique Aedes aegypti ou moustique tigre, vecteur principal de la dengue, du zika, du chikungunya et de la fièvre jaune ©Pixabay

La biotech franco-autrichienne Valneva a annoncé lundi le lancement d'une étude sur l'homogénéité des lots de son candidat vaccin contre le chikungunya, actuellement dans la dernière phase des essais cliniques.

Il s'agit de montrer que "trois lots fabriqués consécutivement provoquent des réponses immunitaires équivalentes en mesurant les titres d'anticorps neutralisants 29 jours après la vaccination", a expliqué dans un communiqué Valneva.

Le candidat vaccin (VLA1553) contre le chikungunya, un virus transmis par les moustiques, est à injection unique et il est le seul à être en étude clinique de Phase 3, la dernière sur l'Homme, a relevé la biotech. Cette étude sur l'homogénéité des lots portera sur environ 400 participants âgés de 18 à 45 ans.

Dernière étape avant d'envisager une mise sur le marché

 

C'est "une nouvelle étape importante dans l'avancée de VLA1553 vers l'obtention d'une autorisation de mise sur le marché", a estimé Juan Carlos Jaramillo, directeur médical de Valneva, cité dans le communiqué.

La société dont le vaccin contre le chikungunya recevra la première autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis sera éligible à l'obtention d'un bon d'évaluation prioritaire cessible de l'Agence américaine des médicaments (FDA).

Le marché mondial total des vaccins contre le chikungunya est estimé annuellement à plus de 500 millions de dollars d'ici 2032.

Un candidat vaccin contre le Covid-19

 

Valneva a signé un accord avec l'institut brésilien Butantan pour la production et la commercialisation dans les pays à revenus faibles et intermédiaires de son vaccin contre le chikungunya. Ce virus provoque des épidémies soudaines et cause notamment des fièvres aiguës et des douleurs invalidantes au niveau des articulations et des muscles.

La biotech a également développé un candidat vaccin contre le Covid-19 pour lequel elle a déjà reçu des précommandes, principalement du Royaume-Uni, mais aussi de l'Union européenne. La société, cotée à Paris, envisage une introduction en Bourse aux États-Unis, sur le Nasdaq.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live