outre-mer
territoire

Deux journalistes retrouvent les destinataires d'une carte postale envoyée de Mayotte... en 1987 !

insolite
LAGON
Le lagon de Mayotte, ici en 2019, est en photo sur le recto de la carte postale envoyée en 1987.
Mieux vaut tard que jamais ! Trente-deux ans après avoir été rédigée à Mayotte, une carte postale de 1987 vient d'arriver auprès de ses destinataires. C'est grâce à deux journalistes que la missive a pu être enfin lue. 
En début de semaine, une journaliste dans une radio locale de Lyon, Marie Leynaud, trouve dans sa résidence une carte postale, simplement posée sur les boîtes aux lettres. En en-tête, un inscription : 28. VII. 87, le 28 juillet 1987, soit il y a plus de trente-deux ans ! Pourtant, le cachet de La Poste indique bien une date récente, le 24 août 2019. La missive vient de Mayotte, signée par "Pierre et Monique", à destination de "M. et Mme Cl. M*****". Sur le recto, une illustration du lagon de Pamandzi. 
 

Enquête

La curiosité de la journaliste est piquée : avec sa collègue Alice Forges, elles décident de retrouver les destinataires. C'est désormais l'heure d'une enquête, plutôt rigolote, qu'elles racontent sur Twitter. 
 
Partant des initiales inscrites sur la carte, les journalistes déduisent que le destinataire serait un certain Claude. "Après moult recherches, un numéro de portable s'offre à nous. [Marie] laisse un message, non sans la crainte de passer pour un peu dérangée ("Bonjour ! J'ai une carte de 1987 pour vous !")", raconte Alice sur Twitter. Mais il ne répond pas. Pourtant elles en sont sûres, c'est bien cet homme, militant dans la ligue des droits de l'homme locale, qui a même été reçu dans la radio pour laquelle elles travaillent. 
 

Claude et Andrée

Elles relancent leurs recherches et après quelques clics, bingo ! Un numéro de fixe. "C'est une dame qui répond", explique Alice. Elle s'appelle Andrée, Claude est bien son mari et Monique, signataire de la lettre, est son amie d'enfance qu'elle voit toujours. Un peu sonnée, Andrée raconte au Progrès : "Nous n’habitions même plus à cette adresse en 1987. Je ne sais pas pourquoi mon amie a envoyé sa carte là-bas." Sur l'adresse, ce n'est d'ailleurs pas l'écriture de son amie, assure la femme qui vit désormais à 3 rues de son ancien domicile.
 
Pas d'explications sur l'envoi plus que tardif de la carte, bien que les journalistes aient sollicité La Poste, ni sur l'erreur dans l'adresse. Mais pour les journalistes, l'enquête insolite est bouclée. "Si jamais j'en ai assez du journalisme, je monte une boite de détective privé", s'amuse Alice sur Twitter.
Publicité