DOCU. Comment exprimer l'indicible, "Catharsis, dire l'inceste"

famille
Ce documentaire inédit s'attaque à un sujet encore tabou, l'inceste. A La Réunion, une pièce de théâtre est au cœur d'un dispositif de sensibilisation imaginé par une psychiatre et une ancienne victime. Leur objectif est d’aider des victimes à sortir du silence pour pouvoir ensuite se reconstruire.

En France, quatre millions de personnes sont concernées par l’inceste, soit 6 % de la population, toutes classes sociales confondues. C'est environ deux enfants par classe. Le tabou persiste et il est encore difficile pour les victimes de se faire entendre. "Catharsis, dire l'inceste" est un documentaire sensible qui nous invite à suivre et à comprendre le parcours des victimes d'inceste, de la résilience à leur reconstruction psychologique. 

Un dispositif de sensibilisation inédit

Catharsis, dire l'inceste
Capucine Maillard donne des indications à une comédienne pendant une répétition de sa pièce "Quelque chose" ©Baozi Prod

A La Réunion, Christine Douzain est une psychiatre spécialisée depuis vingt ans dans l'accompagnement de victimes d’inceste. Elle a créé ce projet de sensibilisation inédit qui utilise le théâtre, afin d'aider les victimes à parler de ce qu'elles ont subi. Il prend appui sur une pièce intitulée "Quelque chose". Cette pièce a été écrite par Capucine Maillard, elle-même victime d’abus par son père. La pièce est inspirée de son vécu : une femme en rencontre d'autres lors d'un groupe de parole, mais c'est seulement plus tard, autour d'un verre, que ces femmes osent libérer la parole.

Libérer la parole

Catharsis, dire l'inceste
Capucine Maillard, lors d'une intervention dans un lycée ©Baozi Prod

La pièce a éte programmée dans différents théâtres de l'île de La Réunion en novembre et décembre 2020. Tout au long du documentaire, nous suivons des répétitions ainsi que des représentations devant différents publics de la pièce et voyons les réactions suscitées par celle-ci. Testé de manière expérimentale en quatre représentations en 2018, le dispositif avait montré son efficacité. Une fois le rideau baissé, des victimes présentes dans le public prenaient la parole, parfois après vingt ans de silence. Des moments d’une intensité rare.


La pièce a également été jouée en prison devant des auteurs d’inceste afin de prévenir la récidive, amenant certains d'entre eux à implorer le pardon. Dans les lycées, le travail a quant à lui permis de détecter des adolescents en danger, qui ont ensuite pu être pris en charge par la psychiatre Christine Douzain.

Production  : Baozi Prod
Avec la participation de France Télévisions et Réunion la 1ère
Réalisation : Katia Clarens 
Durée : 52 min
2021