Elections sénatoriales : qui sont les candidats Outre-mer ?

élections
Sénat
©JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Le 27 septembre 2020 se dérouleront les élections sénatoriales. 172 sièges sont renouvellés lors de ce scrutin qui se déroule au suffrage universel indirect. Pour les Outre-mer, sont concernés la Guyane, la Polynésie, Wallis et Futuna, Saint-Martin et Saint-Barthélémy. 
Le 27 septembre 2020, 172 sièges (sur 348 au total) du Sénat seront à pourvoir. Le Sénat est renouvelable par moitié tous les trois ans, les sénateurs étant élus pour un mandat de six ans. Les sénateurs sont élus au suffrage universel indirect, autrement dit ce ne sont pas les électeurs qui votent, mais des grands électeurs (délégués des conseils municipaux, députés et sénateurs de la circonscription, conseillers régionaux et départementaux).
 

Cinq territoires ultramarins concernés

Sur les 172 sièges à pourvoir, 59 sont élus au scrutin majoritaire, et 113 au scrutin proportionnel.  Les candidatures sont closes depuis le 11 septembre, et on dénombre un total de 1 449 candidats cette année. 118 sénateurs sortants se représentent (soit 68,6% des sortants). Pour ce scrutin, cinq territoires ultramarins sont concernés :Voici pour chaque territoire les éléments clés à retenir :
 

►Guyane : deux sièges à pourvoir

La Guyane dispose de deux sièges au Sénat. Les sénateurs sortants sont Georges Patient, candidat à sa succession, et Antoine Karam, qui lui prend sa retraite politique. A noter parmi les quatre candidats la présence de la maire de Cayenne Marie-Laure Phinéra-Horth. En Guyane, 477 grands électeurs votent aux sénatoriales. 
sénatoriales sénat
©senat.fr


►Polynésie : deux sièges à pourvoir

La Polynésie dispose également de deux fauteuils de sénateurs. Les sortants, Lana Tetuanui et Nuihau Laurey se représentent. Ils auront face à eux trois adversaires. En Polynésie 713 grands électeurs votent pour ce scrutin.
Sénat Polynésie
©Senat.fr


►Wallis et Futuna : un siège

Wallis et Futuna dispose d'un siège au Sénat. Le sortant, Robert Laufoaulu, se représente. Il est sénateur du territoire depuis 1998. Il aura face à lui quatre candidats. Pour ce scrutin, on compte 22 grands électeurs. 
 
sénat Wallis et Futuna
©senat.fr


►Saint-Martin : un siège

Saint-Martin dispose d'un siège. Le sénateur sortant, Guilllaume Arnell, se représente, face à trois adversaires. Le sénateur de Saint-Martin est élu par 24 grands électeurs. 
sénat Saint-Martin
©senat.fr


►Saint-Barthélémy : un siège

Saint-Barthélémy dispose d'un siège au Sénat. Le sortant, Michel Magras, ne se représente pas mais il n'y a aucun doute sur l'identité de son successeur : il n'y a qu'une seule candidate pour ce scrutin. Les 21 grands électeurs n'auront donc pas vraiment le choix. 
sénat St Barth
©Senat.fr

 
Sébastien Lecornu, ministre et candidat
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, est tête de liste pour ce scrutin sénatoriale dans l'Eure, en Normandie. Il conduit une liste divers-centre qui comprend deux députés LR sortants. Sébastien Lecornu fait activement campagne pour assurer son élection, il a d'ailleurs reçu le soutien d'Edouard Philippe. En cas d'élection, il a déjà annoncé qu'il ne rejoindra pas le Sénat et laissera son fauteuil à la deuxième de liste. Ce qui lui permettra ensuite, lorsqu'il quittera le gouvernement, de retrouver un fauteuil à la haute assemblée. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live