Des enfants de Guyane et de La Réunion mercredi au Parlement européen pour défendre la planète

écologie
Déclaration des droits de la planète - délégation de Guyane
Avant de partir pour Strasbourg, les écoliers de CM2 de Rémire-Montjoly en Guyane ont présenté leurs travaux au président de la CTG Rodolphe Alexandre ©DR
Mercredi 27 novembre, le Parlement européen recevra des enfants venus de dix pays européens qui présenteront leur "Déclaration européenne de la planète et du vivant". Parmi eux, 14 élèves de La Réunion et de Guyane. La cérémonie sera ouverte par un chant venu de Polynésie.
Mercredi 27 novembre, une délégation de soixante enfants venus de dix pays européens sera reçu au Parlement européen de Strasbourg pour présenter les 18 articles de la déclaration qu'ils ont élaboré : "la Déclaration européenne des droits de la planète et du vivant". Au total, ces derniers mois, ce sont 310 enfants qui ont élaboré avec leurs enseignants, au sein de leurs établissements scolaires, cette déclaration qui a été initiée par le "Lobby de poissy". 95 enfants des Outre-mer y ont participé. 14 d'entre eux seront présents mercredi à Strasbourg.
Parmi ces classes, trois viennent des Outre-mer : ce sont 12 élèves de CM2 de l'école Sainte-Thérèse de Rivière-Montjoly, en Guyane, 22 élèves de 5ème du collège de Plateau-Goyaves, à Saint-Louis, sur l'île de La Réunion, et 61 élèves de 6ème du collège de Bora Bora, en Polynésie. La réalisatrice et productrice Elsa Da Costa-Grangier, qui accompagne et aide cette initiative, publie sur son compte Twitter une photo des enfants de Guyane qui, avant la grande journée de mercredi à Strasbourg, sont allés présenter leur travaux au président de la Collectivité Territoriale de Guyane Rodolphe Alexandre :


Une classe de Polynésie dans l'aventure 

Deux classes de 6ème de Bora Bora ont également rejoint l'initiative en composant et interprétant "l'hymne de la déclaration européenne des droits de la planète.

L'ocean nous donne la vie avec sa biodiversité
Soyons tous reconnaissants pour ce cadeau merveilleux !
Nous, enfants de l'ocean, chérissons ce bien dont on a hérité
Nous, enfants de l'océan, nous nous engageaons à le protéger !
La pollution due au pétrole nous donnera de plus en plus chaud
Quand le niveau de l'eau monte passons aux énergies propres
Les poissons font partie de nos vies,
facilitons leur reproduction en mettant des réglements
chacune de nos actions sur terre aura un impact dans la mer
Stop à la boue et aux plastiques
Vive les coraux et la vie !


Les peuples premiers

Pour l'élaboration de la «Déclaration européenne des droits de la planète et du vivant» dont le lobby de Poissy est à l'initiative, les écoliers de chaque pays ont choisi les thématiques à aborder en priorité. Pour les élèves français, deux thématiques prioritaires se sont dégagées : la préservation des peuples premiers et l'impact des technologies sur l'environnement. C'est sur ces deux thèmes qu'ont travaillé les écoliers de Guyane et de La Réunion.
 
"Le lobby de Poissy"
Cette initiative est née il deux ans, en septembre 2017, à Poissy, dans les Yvelines. Anaïs Willocq, professeure à l'école élémentaire Montaigne propose aux élèves de sa classe de CM2 de plancher sur la protection de l'environnement. Un projet pédagogique qui va prendre une ampleur inattendue, grâce à l'énergie de l'enseignante et de ses élèves, devenus d'infatigables défenseurs de la planète.

Quelques mois plus tard, ils rédigent une proposition de loi dans le cadre du parlement des enfants et remportent un concours de bande-dessinée sur la biodiversité qui leur permet de rencontrer l'astrophysicien Hubert Reeves. 

Après une année scolaire, les élèves, passés en classe de sixième, décident de constituer une junior association qu'ils baptisent "le lobby de Poissy". Désormais suivis par Elsa Da Costa-Grangier, réalisatrice et documentariste, et soutenus par France.tv Education, les élèves rencontrent des personnalités comme Nicolas Hulot, Jean-Louis Etienne, François Hollande, Jean-Michel Blanquer... Ils utilisent les réseaux sociaux pour relayer leurs rencontres.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live