Jean-Luc, l'éboueur guyanais cité par Emmanuel Macron, peut-il toucher la fameuse prime de 1000 euros ?

société
Jean-Luc Samos
Jean-Luc Samos éboueur ©Claude Innocent

Dans un message largement relayé, Jean-Luc Samos, éboueur guyanais cité en exemple dans l'allocution d'Emmanuel Macron, s'étonnait de ne pas avoir reçu la prime promise pour les professionnels "en première ligne". L'Elysée, contacté par nos soins, répond qu'elle ne lui était pas forcément due.

L'affaire a fait grand bruit en ce début d'année 2021. Cité par le Président de la République en exemple lors de son allocution de fin d'année, Jean-Luc Samos, éboueur à Macouria, en Guyane, a répondu à Emmanuel Macron, via Guyane la 1ère :

Les primes de 1000 euros que vous avez mis en ligne et qu'on devait toucher, je n'ai jamais touché ça. J'ai toujours assuré le service minimum. J'estime que mon équipe et moi, on devrait avoir ces primes là. Je ne pense pas que ce soit une montagne pour vous !

Jean-Luc, chauffeur-éboueur en Guyane

 

Revoir le reportage de Guyane la 1ère :

  
Un message partagé à de très nombreuses reprises sur les réseaux sociaux, suscitant des commentaires de toutes parts : "bravo", "bien répondu", "je suis dans le même cas"... Pour beaucoup, des messages de soutien mais au milieu, quelques voix rappellent que ce n'était pas forcément un dû pour Jean-Luc et ses collègues de Macouria. 

Entreprise privée

Contacté ce lundi par Outre-mer la 1ère, l'Elysée se refuse à tout commentaire, mais explique que ce n'est pas du ressort du gouvernement, Jean-Luc travaillant pour une entreprise privée. En effet, Jean-Luc et ses collègues rencontrés par Guyane la 1ère au début de la crise sanitaire, sont salariés de Guyanet, une société de nettoyage sise à Matoury. C'est cette entreprise privée, et seulement elle qui était en mesure de décider de verser ou non la prime Covid-19 promise par Emmanuel Macron.

Car la prime Covid-19, anciennement prime Macron, est en réalité une défiscalation totale, jusqu'à 1000 euros, pour les entreprises qui souhaiteraient récompenser leurs salariés en première ligne dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Celles-ci avaient jusqu'au 31 décembre pour le faire. Le gouvernement n'a pour l'instant pas prévu de maintenir cette prime en 2021. 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live