Une étudiante originaire de Mayotte retrouvée morte à Saint-Etienne

faits divers
résidence universitaire St Etienne
C'est dans un appartement situé en face du campus de l’université Tréfilerie, à Saint-Etienne, qu'a été découvert le corps de la jeune femme. ©Google map
Le corps sans vie d'une étudiante de 26 ans, originaire de Mayotte, a été découvert jeudi 11 juin dans une résidence universitaire de Saint-Etienne. Son décès remonterait à plusieurs jours. Les causes de sa mort sont pour l'heure inconnues.
Le corps sans vie de cette étudiante mahoraise de 26 ans a été découvert, jeudi 11 juin, par des ouvriers venus faire des travaux dans la résidence universitaire. Comme l'explique France 3 Auvergne Rhône-Alpes, les ouvriers sont rentrés dans l'appartement et ont découvert le corps. Ils ont immédiatement alerté les secours, le Samu et les pompiers, qui n'ont pu que constater le décès de la jeune femme. Selon les pompiers, la mort remonte sans doute à plusieurs jours. 
 

Une étudiante mahoraise

La jeune femme, âgée de 26 ans, était étudiante en deuxième année de Licence en sciences humaines et sociales à l’université Jean Monnet. Elle étudiait sur le campus de Tréfilerie, à Saint-Etienne. D'après le quotidien régional Le Progrès, la jeune femme a été retrouvée morte dans son lit.
 

Enquête ouverte

La police judiciaire s'est rendue sur place. Le parquet de Saint-Etienne précise qu'une autopsie doit avoir lieu dans les prochains jours pour déterminer les causes du décès de la jeune étudiante et la date de sa mort. D’après le Procureur de la République, David Charmatz, seule l’enquête permettra d’élucider ce décès. 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live