publicité

Festival d'Avignon: "Caillasse", le bagne en rêve

"Caillasse" est un spectacle de rue déjà rôdé sur le caillou calédonien ou à Châlon sur Saône, du "théâtre gestuel" adapté à la scène de La Chapelle du Verbe incarné pour le festival d’Avignon. 

  • Christian Tortel
  • Publié le , mis à jour le
C’est inventif et plein de trouvailles, une façon de répondre à la question : qu’y a-t-il dans la tête d’un bagnard, qui rêve éveillé, un bagnard parmi les "ouvriers de la Transportation" arrivés à bord de L’Iphigénie, à Port-de-France, en Nouvelle-Calédonie, le 9 mai 1864 ?
 
Caillasse
 

"Caillasse" en une phrase

Deux bagnards (ou peut-être un seul en deux personnages identiques) rêvent éveillés dans une langue nouvelle, drôle et inventive comme les gags d’un dessin animé, ce qui ravit les spectateurs.
 

Critique

"Caillasse" a choisi le parti pris inverse des pièces politiques, historiques, patrimoniales, documentaires. Elle ne raconte pas le bagne où de multiples livres, pièces et films se complaisent en épopée de la relégation. Non, "Caillasse" s’imprègne d’un thème grave, l’histoire du bagne calédonien, pour offrir au spectateur une atmosphère légère comme une plume.

Dans les rues d’Avignon pour donner goût à leur spectacle Rémi Leduc et Rémy Vachet lancent sur leur passage des plumes. Quelquefois ils en caressent la nuque sous le soleil. Étrange et poétique. Leur intention n’est pas de plomber leur spectacle par des références explicites, certes nécessaires dans les livres d’histoire, mais de divertir. Jamais divertissement n’a été aussi léger, aérien comme l’esprit d’enfance.


Lit musical

Naguère, l’écrivain haïtien Frankétienne nous confiait que dans un pays prison, Haïti sous la dictature duvaliériste, s’offrait à lui une ressource inépuisable, l’imaginaire. Les deux Rémi.y en font la preuve à chaque gag, exposé non comme potacherie lourdingue, mais comme trace poétique d’un rêve éveillé.

Les polochons deviennent armes qui visent une cible chimérique, la langue elle-même est fictive et irréelle, quant au lit objet central de leurs nuits, il est contrainte créative. Lit-manège forain, lit-bateau, lit-debout, lit musical où les clés à pipe se changent en baguettes de percussion (il faut beaucoup de travail pour parvenir à un tel résultat).
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play