publicité

En Guyane, une centrale électrique solaire à l'hydrogène plus puissante que Tesla en Australie

Hydrogène de France (HDF Energy) va construire une centrale solaire innovante couplée à une unité de stockage à l’hydrogène d’une capacité plus importante que la batterie géante de Tesla en Australie. Elle sera installée à Mana près de Saint-Laurent du-Maroni en Guyane.

Centrale solaire en Allemagne © AFP
© AFP Centrale solaire en Allemagne
  • Par Alain Jeannin
  • Publié le , mis à jour le
Ce sera le plus gros stockage d’énergie renouvelable au monde. Un investisseur français de premier plan va participer à ce projet écologique et révolutionnaire. Un contrat de gré à gré avec EDF-SEI (Système Électrique Insulaire) rémunérera les investisseurs sur la base d’un contrat capacitaire standard.

Une centrale innovante

Le solaire ne fournit aujourd'hui que 6 % des besoins énergétiques de la Guyane. Le projet répond à la volonté commune de la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG) et de la Préfecture de la région de mettre le cap sur le stockage électrique durable. La future Centrale Electrique de l’Ouest Guyanais (CEOG) est prévue pour 2020. Avec elle, le Français HDF Energy passe au stockage industriel de l’hydrogène. Soutenu par des investisseurs privés, le groupe français compte investir 90 millions d’euros dans cette centrale solaire d'une capacité de 55 MW, qui comprendra une unité de stockage de 140 MWh, plus que la batterie géante construite par Tesla en Australie (129 MWh).

De l'eau et du soleil

Cette unité de stockage à base d’hydrogène sera "couplée à un étage de batteries lithium-ion pour augmenter la disponibilité de l’énergie, cette solution nous permet d’être moins cher, sans aucune pollution, par rapport à l’actuel coût de production réel dans l’Ouest guyanais", indique Sylvain Charrier, directeur du développement Outre-mer d’HDF. Ce projet est développé sur un procédé Renewstable (renouvelable-stable) de HDF Energy. Fonctionnant à l’eau et au soleil, la centrale ne rejettera que de l’oxygène et de la vapeur d’eau.

"Les énergies éoliennes et solaires sont intermittentes, leur production varie en fonction du temps, de la météo. HDF Energy a trouvé une solution économiquement viable, une centrale électrique qui utilise l’énergie solaire et va la stocker massivement 7 jours sur 7, sous forme d’hydrogène, pour la restituer de manière stable, jour et nuit, à la population de l’Ouest Guyanais". 

Sylvain Charrier HDF Energy


10 000 foyers dans l'Ouest de la Guyane

Raccordée au réseau via la station EDF au diesel de Saint-Laurent du Maroni (dont l’utilisation devrait être réduite), la centrale pourra alimenter l’équivalent de 10.000 foyers en énergie verte bien en deçà du coût de production dans l’Ouest du territoire, une région en déficit électrique chronique, dépourvue d’infrastructures énergétiques de grande ampleur. C’est aussi dans cette région qu’est envisagé le projet de mine aurifère de Montagne d’Or, pour lequel serait créée une centrale biomasse à Saint-Laurent-du-Maroni en cas d’arbitrage favorable.

La Guyane avance

Le projet CEOG "démontre que la Guyane peut tendre vers l’autonomie énergétique, qui est un objectif atteignable avec l’implantation de centrales de ce type. Il prouve également que la transition énergétique peut être vectrice d’emplois pérennes dans le cadre d’une activité économique saine. Nous serons ravis d’accueillir cette première mondiale qui conférera également une visibilité internationale à la Guyane", a réagi le Président de la Collectivité territoriale de Guyane Rodolphe Alexandre. Le démarrage du chantier est prévu à l’été 2019 et la mise en service à l’automne 2020. La centrale créera une centaine d’emplois pendant sa construction et une trentaine d’emplois permanents sur les 20 ans d’exploitation prévus.

 

1 528 462 577

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play