publicité

Guyane : la gestion d'Ericka Bareigts décriée de tous les cotés

 A plusieurs reprises la ministre des Outre-mer a fait part de son refus d'aller à la rencontre du collectif des 500 frères. Après avoir appelé à un rendez-vous à Paris, elle a ensuite déclaré qu'elle irait en Guyane… mais pas tout de suite.

© CITIZENSIDE / YANN BOHAC / CITIZENSIDE
© CITIZENSIDE / YANN BOHAC / CITIZENSIDE
  • Par Maïté Koda
  • Publié le
Ses premières interventions sur la crise guyanaise ressemblent à des erreurs de communication. Le 23 mars, la ministre des Outre-mer accorde une interview à France Ô, lors de laquelle elle ne semble pas avoir pris la mesure la crise guyanaise. Une interview réalisée en duplex depuis la Réunion, où Ericka Bareigts fait campagne pour les législatives... . La ministre maintient alors sa proposition d'une réunion, programmée le 28 mars soit 5 jours après son intervention. Un rendez-vous qui aurait eu lieu, à Paris, avec des représentants des manifestants. Proposition immédiatement rejetée par les élus Guyanais qui demande à ce qu'elle se rende sur place.
 

Mais la ministre campe sur ses positions, et le redit ce lundi matin sur BFM TV. "Je peux y aller, sauf qu'il faut des conditions de dialogue serein, républicain, à visage découvert", affirme-t-elle alors.
 

Sa communication peine pourtant à convaincre. Lorsque le Premier ministre Bernard Cazeneuve a pris la parole ce lundi midi pour annoncer qu'une délégation de ministres devrait se rendre en Guyane à la fin de la semaine, c'est le visage fermé et sans prononcer un mot qu'elle est apparue à ses côtés.
 
Ericka Bareigts et Bernard Cazeneuve lundi 27 mars © FTV
© FTV Ericka Bareigts et Bernard Cazeneuve lundi 27 mars


Critiques politiques

A moins d'un mois du premier tour de l'élection présidentielle, les candidats ou leurs représentants sont nombreux à être en désaccord avec la position de la locataire de la rue Oudinot. De Jean Lassalle à Nicolas Dupont Aignan, en passant par Jean-Luc Mélenchon, tous appellent à un déplacement ministériel.
"Je ne comprends pas pourquoi la ministre des Outre-mer n'est pas sur place. (...) Vous avez une situation qui est en train de se cristalliser", a déclaré également l'écologiste Yannick Jadot; quand Marine Le Pen assure "qu'elle n'ose même pas se rendre sur place".

Libération a par ailleurs recensé une petite complication des réactions des différents politiques dans les matinales de ce lundi 27 mars.


Absente et inconnue selon la presse nationale 

Les candidats et élus ne sont pas les seuls à se montreer critiques. La presse également se questionne sur le rôle tenu par la ministre des Outre-mer, qui reste méconnue. "Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer et grand absente de la crise en Guyane", titre le Figaro, qui s'interroge. "Mais où est passée Ericka Bareigts?" "L'élue réunionnais est aux abonnés absents dans la gestion de ce dossier", note le quotidien en ligne.
 
BFM également consacre un article à cette "ministre inconnue du grand public", et se questionne : "Mais qui est Ericka Bareigts?" tout en rappelant que la ministre est "sous les feux de la rampe, et des critiques".
 
 

 Des critiques virulentes sur le web

Quant aux réseaux sociaux, ce sont sans nul doute les plus critiques envers la ministre des Outre-mer. "Mépris", "emploi fictif", "peureuse"… les internautes ne l'épargnent pas.
 

 
 
 

 
 

 
 

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play