publicité

Guyane : un suspect arrêté près de 3 ans après un cambriolage meurtrier

Près de trois ans après les faits, le principal suspect d'un cambriolage qui s'était terminé par la mort d'Anne-Marie Leboulanger à Remire en Guyane a été interpellé dimanche, puis mis en examen et incarcéré.

Anne-Marie Leboulanger avait été tuée dans son sommeil à Rémire en 2015. © JMA
© JMA Anne-Marie Leboulanger avait été tuée dans son sommeil à Rémire en 2015.
  • La1ère.fr (avec AFP)
  • Publié le
Près de trois ans après les faits, le principal suspect d'un cambriolage qui s'était terminé par la mort d'une femme à Remire en Guyane a été interpellé dimanche, puis mis en examen et incarcéré, a révélé mardi soir le site d'information local Guyaweb.

Tuée par une lame tranchante

Le parquet de Cayenne a confirmé à l'AFP la mise en examen d'un homme, originaire de Colombie, pour "vol avec violences ayant entraîné la mort" le 31 mars 2015 d'Anne-Marie Leboulanger, épouse du directeur du supermarché Carrefour.

Agée alors de 47 ans, cette bretonne d'origine, avait été tuée à son domicile par une lame tranchante au niveau du cou et les enquêteurs s'étaient rapidement orientés vers l'hypothèse d'un "vol suivi ou précédé d'un meurtre".

Parti en Colombie

Darwin Asprilla, alors jeune majeur --il aura 21 ans le 8 janvier--, avait été soupçonné car il avait déjà été inquiété pour des faits de vol avec violences. Ayant fui la Guyane pour se réfugier en Colombie, il n'avait alors pas pu être interpellé par les enquêteurs.

Alertées, les autorités colombiennes avaient refusé de l'extrader faute d'accord avec la France.

Un vol avec effraction

Il a été interpelé dimanche lors d'un vol avec effraction dans un local d'habitation et le parquet a fait le lien avec l'affaire Leboulanger. L'ADN suspect retrouvé sur des objets et le pommeau du levier de vitesse de la voiture de la victime s'est avéré être le sien .

Selon le juge des libertés et de la détention qui a ordonné son incarcération mardi soir , Darwin Asprilla a contesté devant la juge d'instruction être l'auteur du coup mortel porté à la victime. Il assure être resté à l'extérieur de la maison le jour du crime et invoque, selon son avocate, la présence de "deux complices". Il n'a pas donné de précision sur ces complices, hormis le surnom de l'un d'eux : " El Chapo".

Darwin Asprilla a également été mis en examen pour une autre infraction de même type : une tentative de vol chez un particulier avec violences sur une autre femme, mais sans provoquer de blessure.

Sur le même thème

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play