Huguette Bello intervient dans le débat sur la moralisation de la vie publique

politique
Huguette Bello, députée de La Réunion.
Huguette Bello, députée de La Réunion. ©DR
Depuis lundi, les députés se penchent à l'Assemblée Nationale sur les projets de loi "de confiance dans la vie publique". Députée de La Réunion, Huguette Bello a pris la parole pour demander des statuts plus clairs.
A l'Assemblée nationale, les députés se penchent depuis lundi sur les projets de loi "de confiance dans la vie publique". Cumul d'un mandat et d'une activité de conseil, intervention des lobbies : la réduction des conflits d'intérêts pour les parlementaires est un enjeu clé des projets de moralisation de la vie politique.

"En finir avec la pratique du pantouflage"

Députée de la deuxième circonscription de La Réunion, Huguette Bello a pris la parole à l'Assemblée nationale durant cette discussion générale, lundi dernier. Elle demande des statuts plus clairs. "Depuis 1988, pas moins de trente lois ont été adoptées visant à prévenir, à supprimer et à sanctionner les pratiques qui entachent la vie politique et défigurent la démocratie", a d'abord rappelé la députée GDR de La Réunion. 

"Si nous adhérons aux principes qui sous-tendent cette nouvelle réforme, et si nous soutenons la volonté de renforcer les garanties de probité chez les élus, de mieux prévenir les conflits d’intérêts ou encore d’actualiser les règles de financement des partis politiques et des campagnes électorales, nous regrettons que les projets de loi n’intègrent pas (ou plus) la lutte contre l’influence des grands intérêts industriels ou financiers dans la vie publique"


Huguette Bello estime que "ce texte est une occasion idéale pour en finir, une fois pour toutes, avec la pratique très décriée du pantouflage". "La crise de confiance atteint de tels sommets qu’elle interdit tout faux semblant". Retrouvez ci-dessous l'intégralité de son intervention : 


 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live