Il y a 59 ans, Wallis et Futuna devenait officiellement un Territoire français d’Outre-mer

société wallis
Panneau Bienvenue Wallis et Futuna
©Wallis La 1ère
L’archipel du Pacifique sud fête, ce mercredi 29 juillet, ses 59 ans d’appartenance à la France. Un anniversaire célébré tout en sobriété cette année, crise sanitaire oblige.
Depuis 59 ans, l’archipel est un territoire français d’Outre-mer et participe au rayonnement de la France et de sa diversité au cœur du Pacifique.” Mercredi 29 juillet, Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mers s’est fendu d’un tweet, pour souhaiter “une bonne fête du territoire” aux Wallisiens et Futuniens. 
   

“C’est un peu le 14 juillet”

Un anniversaire célébré dans des conditions particulières cette année en raison de la pandémie de Covid-19. Mais cela n’a pas empêché la tenue de la traditionnelle levée des couleurs sur la place royale Sagato soane.“C’est un petit peu le 14 juillet du territoire”, explique un habitant en marge de la cérémonie. 
 
Regardez le reportage de Lafaela Liufau et Leone Vaitanoa :


Du protectorat au COM

En 1959, 99,4% de la population de Wallis et Futuna choisit d’intégrer la République française lors d'un référendum. Une décision qui mènera à l'adoption de la loi statutaire, le 29 juillet 1961. Wallis et Futuna devient alors officiellement un Territoire d’Outre-mer. L’archipel était jusqu’alors administré par la France dans le cadre d’un protectorat ratifié en 1887.

Certaines spécificités sont reconnues par ce statut, comme l’existence d’institutions coutumières, aux côtés de celles de la République, par exemple. 
En 2003 la révision constitutionnelle fait évoluer le statut des territoires ultramarins. De Territoire d’Outre-mer (TOM), l’archipel devient ainsi une Collectivité d’Outre-mer (COM). 

Cependant le régime de 1961 ne change pas. Faute de consensus, la loi organique n’a pas été adoptée par l’Assemblée Territoriale. C’est elle qui définit les règlements et les lois applicables en Outre-mer et délègue quelques compétences habituellement exercées par l’Etat.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live