Interrogations sur la production calédonienne de nickel à la Bourse des métaux de Londres

chronique économique
Trader du Nickel London Metal Exchange
Trader de la Bourse des métaux de Londres pendant la séance du nickel ©Alain Jeannin

Les négociants de Shanghai et de Londres se sont rués sur le nickel jeudi, de crainte d’en manquer, alimentant la flambée des cours. Les spéculateurs en ont fait autant. Ils ont acheté puis vendu, entrainant une légère baisse du métal vendredi.

Le mouvement haussier du nickel, qualifié de "démesuré' par Anna Stublum analyste de Marex Spectron, s’est stabilisé vendredi. A l’origine, la crainte d'une baisse brutale de la production en Nouvelle-Calédonie au mois de janvier, mais aussi le blocage de projets miniers aux Philippines. En fin de semaine, la légère hausse des stocks mondiaux de nickel dans les entrepôts du LME a toutefois un peu rassuré le marché.

La Nouvelle-Calédonie fait flamber les cours du nickel

Jeudi, le métal est passé en quelques heures de 17.500 dollars la tonne, à 18.400 dollars, une hausse spectaculaire. C’est l’une des premières fois dans l’histoire du marché mondial des métaux que la Nouvelle-Calédonie pèse autant, au point de déclencher une flambée spéculative du nickel dont les répercussions vont de Londres à Shanghai. "Le marché des métaux de Londres s’inquiète pour la production calédonienne qui devrait fortement baisser en raison de la situation sur place et des fortes pluies qui freinent l'activité minière, car la Nouvelle-Calédonie est le cinquième producteur mondial" a indiqué un analyste londonien à Outre-mer 1ère. 

Arrêt de l’usine du Sud, production ralentie de la SLN et de KNS, les raisons sont connues des analystes à travers les dépêches de Reuters, de Bloomberg et de l’AFP. La Nouvelle-Calédonie se retrouve donc à la table des grands sujets abordés à la Bourse des métaux de Londres (LME).

En attendant Jo Biden

Autre sujet d’intérêt pour les analystes et les négociants londoniens et chinois, le président élu des Etats-Unis. Jo Biden prononcera samedi une allocution au public américain dans laquelle il est largement prévu qu'il dévoilera un plan de relance de deux mille milliards de dollars qui sera l'un de ses premiers actes en tant que président des Etats-Unis. Les milieux financiers s’attendent en outre à ce que cela inclue une initiative concernant les infrastructures et les énergies propres qui auront des implications directes sur les métaux industriels, notamment le cuivre et le nickel.

Cours du nickel au LME de Londres, le 15/01/2021 à 21:30 GMT :18.042 dollars la tonne -1,42 %  

Cours du nickel [semaine +2,95 %] [un an +30 %]

Les Outre-mer en continu
Accéder au live